Se connecter S’abonner

Pensions de retraite : quels effets aura la réforme selon les cas

Deux scénarios s’affrontent actuellement concernant la réforme des retraites. Ils auraient des effets très différents sur les pensions.

pensions

De nombreuses interrogations demeurent encore sur la forme que devrait prendre la réforme des retraites. Toutefois, deux principaux scénarios seraient étudiés par l’exécutif, avec des effets différents sur les pensions. Le premier consiste en un simple allongement de l’âge légal de départ à la retraite, qui pourrait passer alors à 64 ou 65 ans au lieu de 62 ans. Le chiffre de 65 ans a également été évoqué. Une décote serait appliquée aux travailleurs n’ayant pas atteint le nombre de trimestres à l’âge légal. L’autre scénario est celui d’un durcissement de la réforme Touraine. Le nombre de trimestres nécessaire passerait à 180 contre 172 avec un âge légal à 65 ans, relève Challenges. Le magazine a commandé une série de simulations à Optimaretraite afin d’établir un ordre d’idée quant aux conséquences sur les pensions.

Des pensions en baisse à âge équivalent

Dans le cas d’un employé qui a débuté à 18 ans et payé 2.350 euros net par mois, cette réforme a minima ferait passer sa pension nette mensuelle à 64 ans à 1.787 euros, contre 1.922 pour un départ au même âge dans le système actuel. Elle augmenterait légèrement, de 66 euros, par rapport à un départ à 62 ans. En cas d’extension de la réforme Touraine, la pension pour un départ à 65 ans serait de 1.816 euros contre 2.021 actuellement.

Un cadre qui a commencé à travailler à 24 ans et payé 6.250 euros verrait, dans le premier scénario, sa pension passer de 3.448 euros à 3.372 pour un départ à 64 ans. Il perdrait seulement une soixantaine d’euros en cas de départ à 65 ans. En cas de réforme « dure », sa pension à 65 ans tomberait à 3.445 euros.

L’artisan qui a commencé à 21 ans est déjà contraint de travailler jusqu’à 64 ans. Il serait donc parmi les mieux lotis en cas de simple allongement de l’âge de départ. Mais l’autre éventualité serait particulièrement difficile pour lui, puisqu’il ne pourra pas bénéficier d’une surcote à 65 ans, et subira une décote.

Ces quelques exemples sont à prendre avec précaution, puisque le nombre de trimestres travaillés dépend notamment d’éventuelles périodes de chômage et le chiffrage de la pension tient notamment compte du nombre d’enfants.