Le bio, vache à lait de la grande distribution ?

Selon l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, en grande surface, les prix des fruits et légumes bio sont en moyenne 79% plus chers que leurs équivalents conventionnels. Les professionnels du secteur critiquent la façon dont l’association a construit sa méthode de calcul.

En France, la consommation de produits alimentaires issus de l’agriculture biologique ne cesse de progresser.©iStockPhoto

La consommation de produits alimentaires issus de l’agriculture biologique ne cesse de progresser
en France, selon l’Agence BIO : +21,7 % de croissance sur un an en 2016. Parmi les bénéficiaires
de cet engouement, la grande distribution est au premier rang. Et pour cause, selon l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, les prix des fruits et légumes bio dans les super et hypermarchés sont en moyenne 79 % plus chers que leurs équivalents conventionnels. Un écart d’autant plus marquant que les tarifs de ces derniers ont baissé cet été (voir ci-dessous).

L’association s’insurge contre les marges brutes pratiquées par le secteur. Sur un panier bio de 660 euros, soit la consommation moyenne annuelle d’un ménage, la grande distribution réalise 304 euros de marge brute (différence entre le prix de vente et le prix d’achat), contre 169 euros pour le même panier provenant de l’agriculture classique. Soit 135 euros de «surmarge».

Chacun son mode de calcul

Pour les professionnels mis en cause, ces conclusions sont « totalement partiales et ne reflètent pas la
réalité du marché », avance la Fédération du commerce et de la distribution. Elle dénonce des
approximations méthodologiques : la marge brute d’un panier doit être rapportée à son prix total. De plus, l’étude de l’UFC ne prend pas en compte les frais de transport, les coûts intermédiaires de distribution… Finalement, panier bio ou conventionnel,le taux de marge brute serait identique. Soit 46% dans les deux cas.

 


Fruits et légumes : coup d’arrêt à la hausse des prix

Acheter ses fruits et légumes revient moins cher depuis cet été, selon le dernier relevé effectué par Familles Rurales : – 8 % pour les fruits, à 3,76 euros le kilo, et – 7 % pour les légumes, à 2,14 euros le kilo. Abricots (- 26 %) et pommes de terre (- 22 %) affichent les plus forts replis. Côté bio, pas de fluctuation pour les fruits (+ 0,1 % en moyenne, à 6,96 euros le kilo), mais 3 % de hausse pour les légumes (à 4,21 euros le kilo). Pour faire des économies, les hard-discounteurs sont la meilleure option (46,30 euros le panier de fruits et légumes), tandis que les marchés sont les plus onéreux (55,30 euros).

Sur le même thème

bio

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique