Orange Bank : les 2 bonnes idées et les 2 mauvaises surprises du compte bancaire sans condition

Dernière arrivée dans l’arène des banques sans guichet et sans condition à l’entrée, Orange Bank présente d’indéniables atouts, mais aussi quelques points qui froissent. En voici quatre.

Orange Bank propose le paiement sans contact à la fois avec le mobile et la carte bancaire @Orange

Avec pour seule contrainte d’avoir à réaliser trois paiements ou retraits par mois pour décrocher la gratuité des frais de tenue de compte, le compte courant d’Orange Bank affiche des tarifs de base attractifs et une grande simplicité d’utilisation. La nouvelle banque a toutefois quelques défauts de jeunesse, comme son offre incomplète : pas encore de crédit immobilier ou à la consommation, ni de livrets d’épargne réglementée. Voici quatre autres points réjouissants ou qui fâchent.

Pas d’espace client sur ordinateur

Commençons par un bémol. Si comme ses concurrentes directes – à l’image de N26, Morning ou C-zam -, Orange Bank se pilote entièrement depuis son application sur smartphone, il est, pour l’instant, impossible de consulter ses comptes depuis un ordinateur. Si la banque sans guichet nous a confirmé qu’un espace client en ligne verrait bien le jour, en attendant, certaines formalités peuvent vite devenir laborieuses.

Par exemple ? Imprimer un RIB pour compléter un dossier. Il faut aujourd’hui le télécharger sur son smartphone puis se l’envoyer par mail ou messagerie avant de lancer une impression. Autre exemple : pointer ses relevés de compte mensuels. Là aussi, impossible de les imprimer ou de les archiver sur son ordinateur de manière simple.  

+ Une assurance complémentaire gratuite au choix

Lors du processus de souscription au compte Orange Bank, une bonne surprise : en plus d’offrir l’assurance perte et vol des moyens de paiement, l’établissement donne la possibilité de souscrire gratuitement à une assurance complémentaire parmi trois. La première, « protection des achats » couvre le titulaire, notamment, en cas de livraison non-conforme ou de non livraison d’un achat sur internet, le remboursement d’un bien s’il est cassé ou volé dans les 60 jours suivant son achat ou encore la prolongation de la garantie constructeur pendant 36 mois.

La seconde, « protection de la vie courante » intègre, par exemple, l’assistance d’un serrurier suite à un vol de clés, l’indemnisation en cas de perte ou vol des papiers d’identité ou des clés, l’indemnisation en cas de vol d’espèces ou de sac à main, ou l’assistance suite à une agression (taxi, soutien psychologique). Enfin, la dernière, « protection de l’identité », comprend notamment une prestation pour supprimer les informations négatives en cas d’atteinte à l’e-réputation du porteur de la carte Orange Bank ou encore une prestation pour retrouver une identité numérique usurpée et obtenir la réparation du préjudice. Attention, l’assurance est optionnelle, il faut cocher une case pour y adhérer. Les futurs clients auraient tort de s’en priver.

Des frais salés en cas de difficultés

La grille tarifaire d’Orange Bank a le mérite d’être simple : la carte Visa est gratuite. Les frais de tenue de compte aussi, à condition d’effectuer au moins 3 paiements ou retraits par carte bancaire ou paiement mobile chaque mois (sinon 5 € facturés). Mais tout n’est pas donné, surtout en cas de dérapage. Car ils sont possibles !

Orange Bank est en effet l’une des rares offres bancaires à bas coût et sans condition à l’entrée à autoriser les découverts (après une période d’observation) et à délivrer un chéquier (aux côtés de Hello Bank, de Welcome de Boursorama ou de la future Eko du Crédit Agricole). Avec pour corollaire une facture qui peut vite enfler en cas d’accident de parcours : découvert non autorisé, chèque rejeté…

Par exemple, la lettre d’information pour compte débiteur non autorisé coûte 15 euros. C’est, certes, moins cher que chez Hello Bank (20  euros) mais loin, très loin de la gratuité pratiquée chez Boursorama et son offre d’entrée de gamme.

En cas de grosses difficultés, l’addition peut aller encore plus loin : comptez 100 euros de frais pour une saisie sur compte (saisie attribution, frais par avis ou opposition à tiers détenteur…). Les personnes susceptibles d’être confrontées à pareille situation (en cas de non-paiement des impôts, de la cantine, d’une facture d’hôpital…) feraient ainsi mieux de privilégier le Compte Nickel qui ne facture que 20 euros par saisie ou C-zam de Carrefour, 50 euros.

+ Une prime de bienvenue rondelette

Comme la plupart des banques sans guichet (ING, Fortuneo, Boursorama…), Orange Bank offre à ses clients une prime de bienvenue, créditée automatiquement sur le compte : 80 € pour toute ouverture effectuée avant le 30 juin 2018. Elle peut même monter jusqu’à 120 € (80 € + 40 €) si le souscripteur est client depuis au moins 3 mois d’Orange dans les télécoms (forfait fixe et/ou mobile, hors cartes prépayées) et devient client Orange Bank avant le 7 février 2018.

Seule condition pour la toucher ? Réaliser au moins 3 paiements ou retraits (avec la carte bancaire orange ou le paiement mobile) avant la fin du mois suivant l’ouverture du compte. Inutile de préciser qu’il vaut mieux donc ouvrir son compte durant les 15 premiers jours du mois, soit, en se ménageant une marge de confort, le temps que la souscription soit validée et que la carte bancaire arrive par courrier (pour les clients qui ne possèdent pas un smartphone et une carte SIM compatibles avec le paiement sans contact).

La prime de 80 € est créditée dans les 30 jours suivant la 3ème opération et celle réservée aux clients Orange au plus tard à la fin du mois suivant l’ouverture du compte.

Sur le même thème

Banque mobile Néobanques

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique