Frais bancaires : ces opérations qui augmentent fortement en 2018

Les tarifs bancaires qui seront facturés en 2018 aux clients ces banques s’affichent une nouvelle fois en hausse selon la CLCV. Le palmarès des opérations qui vont le plus grimper.

Les retraits effectués dans des distributeurs hors réseau augmentent de 3,24% avec une carte Visa ou Mastercard et 7,59% pour les cartes haut de gamme Visa Premier ou Gold. ©Istock

Le contraire eut été étonnant. Malgré la loi Macron sur la mobilité bancaire censée faciliter le changement d’établissement ou encore l’arrivée des néobanques à l’instar d’Orange Bank, de C-zam ou de Max, en 2018, les frais bancaires vont continuer à grimper. C’est ce qui ressort du 18e palmarès des tarifs des services bancaires réalisé par la CLCV. L’association de consommateurs a passé au crible les tarifs qui seront appliqués à partir du 1er février 2018 dans 130 banques de métropole et d’outre-mer.

Une fois ces tarifs bancaires appliqués à trois profils types de clients, sans surprise, la facture moyenne 2018 gonfle par rapport aux relevés de 2017 : +2,28% pour un « petit consommateur » qui consulte ses comptes sur internet, +0,11% pour un « consommateur moyen » et +0.38% pour un couple équipé de cartes bancaire haut de gamme et « gros consommateur de services ».

Frais bancaires moyens annuels par profil de consommateur au 1er février 2018

La formule la moins chère est retenue entre paiement à la carte ou avec un package dans chaque banque

 

Assurbanques : Allianz Banque, Axa Banque, Macif. Banques en ligne : Boursorama Banque, e.LCL, Fortuneo, Hello Bank, ING Direct et Monabanq

Mais ces moyennes cachent d’importantes disparités entre les établissements : pour le petit consommateur, « les écarts de prix peuvent aller du simple au quadruple », selon qu’il soit client d’une banque en ligne, d’une banque de réseau (type BNP Paribas, Société générale ou LCL) ou d’une banque mutualiste, prévient la CLCV ! Pris indépendamment, les tarifs de certaines opérations s’affichent en hausse. Voici les plus significatifs.

Cartes bancaires à débit immédiat : toujours plus chères

+2,6% par rapport à 2017, c’est l’inflation moyenne constatée sur le tarif annuel des cartes à débit immédiat.  Il augmente dans « 90 des 129 établissements qui la commercialisent (hors ING) », note la CLCV. Les hausses les plus conséquentes ? Elles sont enregistrées  principalement dans les établissements d’outre-mer : à la  BNP Paribas Réunion (augmentation de 41 à 46 euros) et à la Banque Française Commerciale Océan Indien (BFCOI, de 36 à 40 euros). Suit la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté où son coût annuel passe de 44 à 47,90 euros.

Quant au prix des cartes à débit différé (cartes de crédit avec règlement une fois par mois des achats réalisés par CB), il ne suit pas la même voie. Plusieurs établissements la facturent même moins cher que celle à débit immédiat : « 4 Caisses d’Epargne : Normandie (40,50 à débit différé contre 44,50 euros à débit immédiat), Rhône-Alpes (41/42 euros), Hauts de France (42/43 euros) et Côte d’Azur (44/45 euros). De même, au Crédit Agricole Normandie Seine (39/41 euros), pour les fédérations du groupe Crédit du Nord (50/51 euros) et à la Banque de Savoie (50/52 euros) », souligne l’étude.

Les frais bancaires pour incidents poursuivent leur envolée

Un découvert non autorisé, le rejet de chèques ou une saisie ordonnée sur le compte et les frais s’envolent dans certains établissements !

+3,8% en moyenne pour une saisie sur une créance de 120 euros, soit 103.66 euros au 1er février 2018. Ces frais sont plus élevés dans les banques de réseau nationales (types BNP Paribas, Société Générale…) avec un coût de 118,17 euros par saisie que dans les banques mutualistes (96,08 euros dans les crédits agricoles ou 85,98 euros par exemple dans les crédits mutuels) ou encore chez les banques en ligne (102,97 euros en moyenne par saisie).

+3,65% en moyenne pour un avis à tiers détenteur, soit 103.57 euros au 1er février 2018. A noter : ces frais vont bientôt être plafonnés à 10% du montant mis en recouvrement. Mais il faudra attendre le 1er janvier 2019.

+1,8% pour une lettre envoyée en cas de compte débiteur non autorisé. « Les écarts de tarifs, allant de la gratuité à 22.90 euros, questionnent sur son coût réel, coût qui touche majoritairement des personnes en difficulté. », pointe l’association. C’est au Crédit Mutuel Massif Central qu’elle est facturée le plus cher : 22.90 euros. Viennent ensuite une grappe d’établissement ayant fixé leur tarif à 20 euros : Hello Bank, HSBC, le Crédit Mutuel Midi Atlantique, les BNP Paribas Métropole et Antilles ou le Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées.

Transférer son PEL ? Jusqu’à 40 euros de plus ! 

Changer de banque et emmener avec soi son épargne peut coûter cher. En particulier s’il est question de transférer son plan d’épargne logement (PEL). Il vous en coûtera par exemple 150 euros au Crédit Agricole Lorraine et à la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, les deux établissements les plus chers parmi les 130 auscultés. Dans d’autres établissements, ce sera l’envolée à partir du 1er février 2018 : « 40 euros de plus pour les fédérations du Crédit Mutuel 11 (de 50 à 90 euros) ainsi qu’à la Banque Dupuy de Parseval et à la Banque Marze (60 à 100 euros). 36 euros pour le Crédit Agricole Nord Est (84 à 120 euros) ou encore 30 euros pour le Crédit Agricole Centre France (105 à 135 euros) », relève la CLCV.  

Très cher chèque de banque

Le chèque de banque, qui permet notamment de sécuriser un achat important, comme celui d’une voiture entre particuliers, affiche un coût moyen en hausse de 4,3%. La palme de la plus forte augmentation ?  « Elle revient à LCL et e-LCL avec un tarif qui passe de 12.75 euros à 25 euros ! », souligne la CLCV.  

Des frais de plus en plus salés après un décès

Les frais de succession réclamés par les banques aux héritiers sur les comptes d’un défunt poursuivent leur envolée. Alors qu’ils ont déjà augmenté de 21% entre 2012 et 2015 selon une étude réalisée par meilleurbanque.com, la CLCV remarque une nouvelle envolée de +5,2% en 2018. Son coût moyen ? 230 euros pour une succession simple (profil retenu : compte courant de 3 000 €, livrets bancaires de 4 000 € et PEL de 10 000 €, durée < 12 mois).

Sur le même thème

Banques en ligne Frais bancaires 2018 Néobanques

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique