Compte Nickel s’embourgeoise en lançant une nouvelle offre bancaire

Un an après son rachat par la BNP Paribas, le Compte Nickel change de nom et étoffe son offre pour rivaliser avec les néobanques. Sans vraiment y parvenir ?

Crédits: Nickel/BNP Paribas.

Ne l’appelez plus Compte Nickel ! Un an après son rachat par BNP Paribas, le « compte sans banque » des buralistes devient « Nickel » tout court, le « compte pour tous ».

Sur le fond, rien ne change pour l’offre de base qui, depuis 4 ans, permet  à tout un chacun d’ouvrir un compte courant dans un bureau de tabac et d’obtenir, contre 20 €, une carte MasterCard simplement à l’aide d’un justificatif d’identité et d’un numéro de mobile. Sur la forme, seul le logo évolue, « Nickel » est désormais précédé d’une représentation graphique de la carotte des buralistes.

La vraie nouveauté est « Nickel Chrome », une offre de carte qui verra le jour en mai prochain. Cette option « qui répond à une demande client forte d’avoir accès à des assurances et services supplémentaires », détaille l’établissement, permettra également d’obtenir une carte plus « présentable » que celle de Nickel : noire, argentée, dorée ou orangée. Ce qui n’est pas sans rappeler la stratégie des néobanques comme N26, Revolut ou Orange Bank, dont l’habillage des cartes est beaucoup plus moderne que celui de l’ex-trublion.  

Des assurances à gogo, « nickel » mais chèrement payées

Nickel Chrome se présente donc comme l’offre enrichie de Nickel. Et cela va se ressentir sur son coût. A la traditionnelle cotisation de Nickel (20 €/an) va s’en ajouter une autre. Il faudra en effet régler 30 € supplémentaires par an pour débloquer l’option Nickel Chrome. La facture grimpera donc à 50 €/an au minimum puisque toutes les opérations ne sont pas gratuites dans l’établissement (lire plus bas). 

La couleur de la carte sera donc au choix. Mais cette seule mesure cosmétique ne justifie pas à elle seule l’inflation du prix. Cette dernière est surtout due à l’adjonction d’une foule d’assurances et de service d’assistance, 11 au total pour couvrir le porteur dans toutes les situations de la vie quotidienne : modification ou annulation de voyage, responsabilité civile à l’étranger, frais médicaux, utilisation frauduleuse de la carte bancaire protection des achats sur Internet…

Un moyen pour Nickel  de « rendre accessible au plus grand nombre des options jusqu’ici réservées aux plus riches » (!). Autrement dit, pour se démarquer vis-à-vis des néobanques qui disposent de comptes enrichis (assurances comprises ou à la carte chez Orange Bank, N26 ou Revolut, par exemple), Nickel monte en gamme en proposant des assurances habituellement rattachées aux cartes bancaires premium. La stratégie vise donc à élargir le profil des clients de l’établissement avec deux offres segmentées : Nickel pour ceux en fragilité bancaire et Nickel Chrome pour qui a besoin d’un compte secondaire pour les vacances ou déplacements.

Nickel Chrome, mais pour qui a été pensée cette offre ?

Dernière petite différence entre l’offre de base et Nickel Chrome, et ceci pour asseoir la dimension internationale de la nouvelle offre : tous les paiements sont gratuits de par le monde avec Chrome (contre 1€  par paiement hors zone SEPA* avec Nickel). Quant aux retraits aux distributeurs, ils sont facturés 1€ chacun dans n’importe quel pays (1€ en zone SEPA et 2€ hors zone SEPA avec Nickel). Comme pour Nickel, la cotisation annuelle de 50€ n’est donc qu’une base à laquelle s’ajoutent des opérations payantes.

La BNP n’a pas poussé plus loin le rafraîchissement de son offre. Nickel Chrome ne jouira pas de ce qui a fait le succès du Compte Nickel : la capacité à l’utiliser immédiatement. Il sera, en effet, impossible de repartir d’un bureau de tabac avec sa carte Chrome colorée : pour l’obtenir, il faudra d’abord ouvrir un compte Nickel chez un buraliste participant, puis commander la Chrome depuis l’espace personnel en ligne. Et patienter quelques jours avant de la recevoir par courrier…

A LIRE >>> Avec Samsung Pay, vous allez bientôt payer en magasin avec votre smartphone

Enfin si elle a le goût et l’odeur d’une carte premium avec son impressionnante liste d’assurances et d’assistances « type Gold Mastercard ou Visa Premier », la carte Chrome reste une carte d’entrée de gamme à autorisation systématique et le compte Nickel associé sans découvert autorisé et sans possibilité d’obtenir un chéquier.

Avec Chrome, la BNP a ainsi inventé une offre à mi-chemin entre les cartes sans contrainte à tarifs très contenus des banques traditionnelles et en ligne, comme Welcome de Boursorama ou Globe Trotter pour les jeunes au Crédit Agricole Ile-de-France, et, de l’autre les cartes payantes des néobanques (N26 Black, Revolut Premium au premier titre), leurs tarifs au plancher à l’international et leurs services innovants.

Pour les particuliers à la recherche d’un compte secondaire à utiliser hors de nos frontières, Nickel Chrome n’est donc pas forcément le compte idéal. Surtout si la carte rattachée au compte principal est déjà bien pourvue en assurances et assistances (à vérifier sur l’application Fluo). La comparaison doit alors porter sur la tarification des opérations à l’étranger. Hors retraits aux distributeurs, les cartes gratuites des néobanques tournées vers l’international sont les plus économes pour les paiements en devises puisqu’aucune commission n’est prélevée et le taux interbancaire appliqué. 

*Zone SEPA : Union Européenne, Suisse, Lichtenstein, Islande et Norvège

Sur le même thème

BNP Paribas Frais bancaires N26 Néobanques Nickel Revolut

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique