Abonnés aux tarifs réglementés du gaz (TRVG) chez Engie, préparez-vous à subir un sacré coup de chaud sur vos factures ! La Commission de régulation de l’énergie (CRE), le gendarme du secteur, vient en effet de suggérer au gouvernement d’augmenter substantiellement le prix du gaz de ville au kilowattheure. Dans le détail la CRE recommande une augmentation d’environ 8,1% des tarifs réglementés hors taxes dès le 1er juillet ! Soit une progression historique, la plus forte hausse de ces tarifs ayant été enregistrée en juillet 2012 (+7,3%).

Sur la facture finale des particuliers, cette flambée sera toutefois un peu atténuée : « pour un client se chauffant au gaz, cette évolution correspondrait à une hausse sur sa facture TTC de l’ordre de 6,5 % , précise la CRE. A titre d’illustration, pour un client type B1 (usage chauffage), consommant 17 MWh par an, cette évolution correspond à une hausse sur sa facture TTC de l’ordre de 6,5 %, soit environ 80 € TTC sur une année (les taxes représentant 28 % de la facture TTC de ce client). »

Une décision finale d’ici à fin juin sur les tarifs réglementés du gaz

Le gouvernement doit désormais publier un arrêté ministériel sur le sujet. Il peut suivre la recommandation de la Commission de régulation de l’énergie à la lettre ou procéder à quelques ajustements. Notamment sur les coûts commerciaux et d’approvisionnement pour lesquels la CRE recommande une augmentation respective de 2,6% et de 3%. Mais pas sur les coûts d’infrastructures que la CRE aimerait voir augmenter de 2,5%.

A LIRE : Linky, Gazpar, Ondeo : vous pouvez faire contrôler gratuitement les émissions d’ondes de votre compteur

Cette augmentation inédite à venir du prix du gaz s’explique en partie par le souhait de modification de la base de calcul pour déterminer la variation mensuelle des prix du gaz. La CRE voudrait que la formule de calcul porte la part des indices représentatifs du marché de gros du gaz à un niveau proche de 100%, contre 82,1% actuellement. Ceci pour rester au plus près de  l’évolution des cours du pétrole, répliqués à peu de choses près par ceux du gaz.

Contrairement aux tarifs réglementés de l’électricité, les tarifs réglementés du gaz sont appelés à disparaitre suite à une décision du Conseil d’Etat les jugeant contraire au droit européen. Ne subsisteront alors que les offres des fournisseurs alternatifs (Direct Energie, Eni, Cdiscount Energie…), avec des tarifs fixés librement. L’exécutif a évoqué leur disparition d’ici à 2023 avec une extinction progressive.