Se connecter S’abonner

Arnaque aux numéros surtaxés: une petite entreprise empoche 38 millions d’euros

La répression des fraudes met en garde contre les arnaques aux numéros surtaxés qui se multiplient. La mise en examen des salariés d’une petite société soupçonnés d’escroquerie en bande organisée illustre les méthodes utilisées.
Arnaque
Crédit: iStock.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a lancé jeudi une campagne de mise en garde contre des arnaques aux numéros surtaxés, une escroquerie très lucrative pour les fraudeurs.

« Méfiez-vous des SMS vous demandant de rappeler pour un colis ou un gain particulièrement attractif, sachez reconnaître les différents types de numéros surtaxés en particulier les numéros à 10 chiffres commençant par 081, 082, 089… », liste la DGCCRF dans un dépliant récapitulant neuf conseils adressés aux consommateurs. Entre janvier 2017 et juin 2018, Bercy indique que sur 69 sociétés contrôlées, 36 procès-verbaux ont été dressés pour pratiques commerciales trompeuses et/ou agressives.

A LIRE >>> Fraudes bancaires: le nombre de victimes a plus que doublé

Au niveau judiciaire, quatre salariés de Viva Multimedia, une société de téléphonie, ont ainsi été mis en examen pour « escroquerie en bande organisée » et « blanchiment » le 31 mai à Paris, selon une source judiciaire confirmant une information du Parisien. La justice les soupçonne d’avoir participé à la mise en place d’une arnaque aux numéros surtaxés.

38 millions d’euros grâce aux numéros surtaxés

Selon une source proche du dossier, les enquêteurs ont estimé à 38 millions d’euros les gains frauduleux engrangés par cette petite entreprise parisienne, entre 2015 et 2018. Trois de ces salariés ont reconnu les faits. Concrètement, des messages vocaux, SMS ou courriels incitent les usagers à rappeler un numéro pour prendre possession d’un colis, accomplir une démarche administrative urgente, gagner un téléphone ou un voyage. 

Trois euros par appel, 80 centimes la minute ou 2,99 euros l’appel + 2,99 euros la minute: les modes de facturation sont nombreux mais la facture peut vite grimper pour l’utilisateur. « Lorsque vous appelez un numéro surtaxé, l’appel doit toujours débuter par un message d’information tarifaire. Soyez-y attentif », met en garde la DGCCRF.

La DGCCRF rappelle également que les fraudeurs n’hésitent pas à « employer des grands noms d’enseignes ou de services public pour mettre en confiance les consommateurs ». Un numéro – le 33700 – a été mis en place pour signaler les numéros abusifs.