Mode d’emploi: l’ASS, l’allocation pour les chômeurs en fin de droits

Les chômeurs de longue durée bénéficient actuellement, lorsqu’ils arrivent en fin de droits, d’une allocation spécifique financée par l’Etat, l’ASS.

Crédit: iStock.

Le gouvernement envisage une couverture par l’assurance chômage des chômeurs de longue durée. Dans les faits, ces derniers bénéficient actuellement, lorsqu’ils arrivent en fin de droits, d’une allocation spécifique financée par l’Etat, l’ASS.

Aujourd’hui, le bénéfice de l’assurance chômage est limité à deux ans (trois ans pour les chômeurs seniors). Une durée qui peut toutefois augmenter si l’allocataire retravaille pendant sa période d’indemnisation (intérim, CDD…). Une fois arrivé en fin de droits, le chômeur n’est plus couvert par le régime de l’Unédic. Il bascule vers une allocation financée par la solidarité nationale, l’allocation de solidarité spécifique (ASS). Chaque mois, plus de 400.000 personnes en moyenne en bénéficient.

Contrairement aux allocations chômage, qui sont proportionnelles au salaire perdu, l’allocation de solidarité spécifique est forfaitaire. Elle est fixée à 494,40 euros par mois, soit un montant nettement inférieur à l’allocation chômage moyenne, qui s’élève à environ 1.190 euros.

La bascule vers l’ASS n’est pas automatique

Le versement de l’ASS est soumis à plusieurs conditions. Le bénéficiaire doit chercher un emploi, avoir travaillé au moins cinq ans avant de bénéficier de l’assurance chômage. De plus, ses revenus mensuels ne peuvent dépasser, ASS comprise, un plafond. Il est de 1.153,60 euros par mois pour une personne seule, 1.812,80 euros pour une personne vivant en couple.

Au premier trimestre 2018, 1,4 million de demandeurs d’emploi en moyenne étaient inscrits depuis plus de deux ans à Pôle emploi en métropole. Soit un quart des 5,6 millions de demandeurs d’emploi, petite activité comprise.

Sur le même thème

allocations chômage

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique