Chiffres à l’appui, l’idée d’Anne Hidalgo de rendre les transports gratuits en Ile-de-France paraît compliquée

L’idée de rendre gratuit les transports en Ile-de-France a été lancée par Anne Hidalgo, la maire de Paris. Pour la présidente de la région, cette proposition est impossible à financer. Sauf à sévèrement augmenter les impôts des Franciliens.

La gratuité des transports en Ile-de-France aurait un impact sur le budget de la région difficile à résoudre.

La gratuité des transports collectifs serait inadaptée à Paris et impossible à financer, a réaffirmé dimanche Valérie Pécresse, la présidente LR de la région Ile-de-France. « S’il y a pas les voyageurs qui paient, il faudra que quelqu’un d’autre paie » pour compenser la gratuité, ce qui occasionnerait « 500 euros d’augmentation des impôts par ménage l’année prochaine en Ile-de-France », a affirmé l’élue lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Ile-de-France Mobilités, le syndicat des transports de la région, doit présenter mardi un rapport sur la gratuité dans les transports collectifs dans la région. L’idée de la gratuité avait été lancée en mars par Anne Hidalgo, la maire PS de Paris.

Utilisation des bandes d’arrêt d’urgence

Selon Mme Pécresse, la gratuité des transports serait « profondément inadaptée » à la situation de la capitale, qui compte huit lignes de métro saturées – « si vous faites de la gratuité, vous augmentez la saturation » – et plusieurs lignes vétustes ayant besoin d’investissements. Valérie Pécresse a proposé par ailleurs que soit inscrite dans le projet de loi Pacte (« Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises », débattu actuellement par les députés) « la possibilité de rouler sur toutes les bandes d’arrêt d’urgence de toutes les autoroutes, pour développer le véhicule autonome (…), les transports en commun et le covoiturage. »

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique