Une carte bancaire avec un lecteur d’empreintes digitales arrive, mais ça sert à quoi ?

Une banque teste une nouvelle carte équipée, comme les smartphones, d’un lecteur d’empreintes digitales pour sécuriser les paiements sans contact.

Crédit: Société générale

Payer sans contact dans les commerces est largement entré dans les usages. En 2017, le nombre de ce type de paiement a doublé : avec les 51,2 millions de cartes sans contact en circulation en France, un peu plus 1,2 milliard de règlements sans frappe de code ont été enregistrés (628,5 millions en 2016) pour un montant total de 12,9 milliards d’euros (6,5 milliards d’euros en 2016) selon l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (OSMP) de la Banque de France. Malgré tout, la crainte de perdre sa carte ou de la voir volée puis utilisée instantanément de manière frauduleuse est prégnante. D’ailleurs, la fraude existe bien : 2,8 millions d’euros ont été dérobés aux porteurs de cartes perdues ou volées par ce biais en 2017, selon l’OMSP. Ce qui pousse même certains clients des banques à désactiver complètement la fonction sans contact de leur carte pour écarter tout risque.  A condition que leur établissement les y autorise, ce qui n’est pas toujours le cas.

Un sans contact sécurisé avec des plafonds relevés 

Mais une solution pourrait bien venir contenter les utilisateurs convaincus mais aussi les réfractaires au paiement sans contact. La Société Générale expérimente en effet une carte bancaire intégrant un lecteur d’empreinte digitale. Comme pour les smartphones, il suffira d’y apposer un doigt (ici, son pouce) lors de chaque transaction pour l’autoriser.

Pour sécuriser l’empreinte enregistrée et vérifier que le porteur est bien le titulaire la carte, la banque étudie plusieurs pistes. Comme réaliser la prise d’empreinte lors d’un rendez-vous organisé en agence ou sur une application mobile avec une validation par code envoyé par SMS, selon les Echos. Par ailleurs, « Aucun élément lié à cette empreinte n’est transmis ni au commerçant, ni à la banque », précise la Société Générale. Autrement dit ces données biométriques ne seront stockées dans aucune base de données.  

Au quotidien, la carte pourra aussi lever les montants plafond du sans contact (20 ou 30 euros selon les cartes) pour les hisser au niveau de ce que prévoit la banque. Comme pour le paiement mobile via Paylib, Apple Pay ou Samsung Pay, les achats, quels que soient les montants, seraient alors réalisables sans frappe de code.

Cette nouvelle carte bancaire biométrique, développée par l’entreprise Idemia, spécialisée dans l‘identité augmentée, va être testée durant quelques mois, notamment par des salariés de la Société Générale. La banque n’avance pas pour l’instant de date de mise à disposition pour le grand public. Ni son coût.

Sur le même thème

Actualités des banques Paiement mobile Samsung Pay Société Générale

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique