Bordeaux: le service des trottinettes électriques Lime suspendu

Lime propose à la mairie de Bordeaux, non consultée avant l’arrivée de la société dans les rues de la ville, « d’ouvrir un dialogue pour rendre à nouveau possible l’accès des Bordelais à ce service dans des conditions optimales ».

Crédit: iStock.

La société Lime France a suspendu mercredi à Bordeaux son service de trottinettes électriques en libre service qu’elle avait installé sans entente préalable avec la ville, provoquant la colère de son maire Alain Juppé. « Soucieux de donner un cadre pérenne à son activité, Lime propose à la mairie d’ouvrir un dialogue pour rendre à nouveau possible l’accès des Bordelais à ce service dans des conditions optimales », écrit dans un communiqué Lime, qui avait lancé ses trottinettes fin septembre.

A LIRE >>> Les trottinettes électriques dépassent les bornes: leur entrée au Code de la route est imminente

Alain Juppé, également président de Bordeaux Métropole, avait dénoncé le 19 octobre les « tas de problèmes » liés à « l’explosion des trottinettes électriques » envahissant trottoirs et rues bordelaises. »Je n’ai pas la possibilité de l’interdire », avait-il déploré. « Aujourd’hui, quand une entreprise arrive et met des trottinettes sur le trottoir et que je lui dis ‘Attention moi, je ne suis pas d’accord, il faut qu’on en parle !’, ils me font un bras d’honneur et ils continuent ». « Donc on envisage un système de licence qui permettrait de cadrer un peu les choses », avait-il dit.

Occupation de l’espace public à Toulouse

« Lime rejoint les préoccupations des responsables politiques sur l’urgente nécessité de fixer un cadre à l’usage de ces nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI) », écrit mercredi la société qui « propose donc l’ouverture de concertations et réflexions avec la mairie de Bordeaux ». Lime a procédé de la même manière ce mois-ci à Toulouse, où après trois jours, la société a dû interrompre son service, la mairie jugeant illégale cette occupation de l’espace public. La ministre des Transports Elisabeth Borne a annoncé la semaine dernière que les trottinettes et autres engins de déplacement personnels (EDP) allaient être introduits dans le Code de la route et qu’ils ne pourraient plus circuler sur les trottoirs « où la sécurité des piétons doit être assurée ».

Sur le même thème

Libre-service

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique