Mouvement de « blocage total » du 17 novembre : le gouvernement met en garde en évoquant des situations inextricables

De nombreux collectifs de citoyens, baptisés « gilets jaunes », ont appelé à une journée de blocage des routes samedi pour protester notamment contre la hausse du prix des carburants. Le ministre de l’Intérieur appelle les manifestants à prendre leurs responsabilités.

Des collectifs de citoyens, baptisés "gilets jaunes" appellent des opérations de blocage des routes pour protester contre la hausse des prix des carburants. Crédit photo : GILE Michel/SIPA

Les forces de l’ordre interviendront pour lever tout « blocage total » lors la journée de mobilisation des « gilets jaunes » le 17 novembre contre la hausse du prix du carburant, a déclaré mardi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. « Je demande qu’il n’y ait aucun blocage total. (…) Partout où il y aura un blocage, et donc un risque pour les interventions de sécurité et aussi la libre-circulation, nous interviendrons », a-t-il affirmé sur BFMTV, jugeant cette mobilisation « irrationnelle » mais « réelle ». « Nous interviendrons d’abord par la discussion et ensuite nous rendrons la libre circulation », a-t-il détaillé, demandant également aux organisateurs de déclarer leurs manifestations en préfecture. « Ce qui est difficile, c’est qu’on n’a pas une organisation syndicale qui a l’habitude de faire une manifestation qui l’organise. Par exemple, une manifestation ça se déclare en préfecture. Là, très peu l’ont déclarée. J’appelle ceux qui nous écoutent à déclarer le lieu de la manifestation », a souligné le ministre.

« Des situations inextricables »

Aucune manifestation ne sera interdite « si elle ne menace pas l’ordre public et si elle n’entrave pas la libre circulation », a-t-il toutefois assuré. « Il faut trouver ce point d’équilibre », a-t-il ajouté. « S’ils ne déclarent pas la manifestation, s’ils bloquent un rond-point et qu’il y a un énervement une personne qui s’emballe et qu’il y a un mort, qu’est-ce qui se passe ? On va rejeter la faute sur l’État et ce ne sera pas l’État qui sera en responsabilité. Ce sera la personne qui aura causé l’accident, qui n’aura pas d’assurance parce que l’assurance ne couvrira pas le fait d’avoir bloqué l’entrée d’autoroute ou le périphérique, et on sera dans des situations inextricables », a prévenu Christophe Castaner. « Je respecte le droit de manifester, j’invite à la déclaration et à une bonne organisation de la manifestation », a-t-il insisté. Cette mobilisation, qui se veut apolitique, a reçu le soutien de plusieurs partis d’opposition, du Rassemblement national de Marine Le Pen à la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon en passant par Les Républicains de Laurent Wauquiez qui participera lui-même à une manifestation samedi dans son département de Haute-Loire.

 

Sur le même thème

Budget automobiliste Consommation

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique