Hausse du Smic : l’annonce de Macron est simple, la réalité beaucoup moins

En 2019, contrairement à ce que laissait croire Emmanuel Macron dans son allocution, ce n’est pas le smic qui va directement augmenter. Explications. 

L'exécutif avait déjà annoncé que le Smic mensuel allait connaître en janvier une revalorisation automatique de 1,8%. Crédit: iStock.

La hausse de 100 euros par mois pour les salariés au Smic annoncée lundi par Emmanuel Macron dès 2019 reposera en grande partie sur une accélération de la hausse prévue de la prime d’activité, portée à 80 euros, a appris lundi l’AFP.

A LIRE >>>  Annulation de la hausse de la CSG pour certains retraités, hausse du Smic : Macron annonce plusieurs mesures en faveur du pouvoir d’achat


« Les 100 euros de plus (net) pour le Smic correspondent à une prime d’activité de 80 euros et une baisse des charges de 20 euros », a-t-on indiqué à l’Elysée. « Ce sera fait le plus tôt possible, au plus tard en avril », a-t-on précisé.


Le gouvernement accélère ainsi la mise en œuvre de l’augmentation de la prime d’activité, qui constitue un complément de salaire pour ceux qui sont rémunérés entre 0,5 et 1,2 Smic. Quelque 2,6 millions de personnes en bénéficient actuellement.

Le Smic revalorisé à minima


La prime d’activité devait jusqu’alors augmenter de 30 euros en avril 2019, puis être à nouveau revalorisée les années suivantes pour atteindre une revalorisation pouvant aller jusqu’à 80 euros sur le quinquennat.


L’exécutif avait déjà annoncé que le Smic mensuel brut, de 1.498,47 euros soit 1.184,93 euros net, allait connaître en janvier une revalorisation automatique -à la charge de l’employeur- de 1,8%, qui le porterait à 1.210 euros net.


Quant à la défiscalisation des heures supplémentaires annoncée par le président de la République lundi soir, elle doit intervenir « à partir d’avril », a indiqué l’Elysée.

Sur le même thème

Gilets jaunes salaire

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique