La taxe carbone « reviendra peut-être » en fonction du grand débat

La taxe carbone est un « outil qui est efficace » et « qui a un vrai impact », juge Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire, qui a estimé dimanche qu’elle « reviendra peut-être » en fonction du grand débat.

La taxe carbone « reviendra peut-être. Je ne sais pas, ça fait l’objet des discussions dans le grand débat », a déclaré Mme Poirson sur France 3. « Ça va faire partie des discussions (…) les questions de fiscalité, de pouvoir d’achat, sont au centre des préoccupations des Français et occupent une place importante dans le grand débat », a-t-elle ajouté.

Pour la secrétaire d’Etat, « la taxe carbone, les économistes l’ont montré (…), c’est un outil qui est efficace ». »C’est un outil en faveur de la transition écologique, qui a un vrai impact parce qu’il envoie un signal prix qui permet aux gens de changer leur comportement »; a-t-elle indiqué, en ajoutant « il faut en débattre ».

L’augmentation de cette taxe – qui s’applique notamment sur les carburants –  prévue au 1er janvier, a été annulée en décembre, en réponse au mouvement des gilets jaunes.

« Je veux que les Français en aient pour leur argent »

Concernant d’autre part le futur projet de loi sur l’économie circulaire qui doit être présenté d’ici l’été, Brune Poirson a assuré que « le but n’est pas de passer par ordonnances ». « Nous avons envisagé des ordonnances (…) parce qu’il s’agit de transposer un droit français des directives européennes », a-t-elle expliqué.

La secrétaire d’Etat a jugé « tout à fait regrettable » qu’un projet de loi ait « fuité » alors que « ce n’était pas un projet de loi du tout définitif ». « Il est fondamental qu’il y ait beaucoup des choses qui sont discutées durant le grand débat qui soient intégrées à ce projet de loi », a-t-elle indiqué.

Brune Poirson a souligné que « ce projet de loi est difficile ». « Il va être compliqué parce que là, je m’attaque au monde des déchets » et « c’est un monde qui est opaque », a-t-elle affirmé. « Je veux que les Français en aient pour leur argent. Je veux que tous les éco-organismes et tous ceux qui gèrent les déchets en France le fassent de façon plus transparente et plus respectueuse du pouvoir d’achat des Français », a-t-elle insisté.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Même avec 200.000 km au compteur, une voiture doit fonctionner

Même usagé, tout objet mis en vente par un commerçant doit être en état de fonction er s’il a été…

19/05/2019 21:41

Miel: un marché mondial marqué par des trafics en tous genres

Avec une offre inférieure à la demande, le miel est impacté par la surmortalité des abeilles mais aussi par des…

19/05/2019 17:32

Décrocher son Working Holiday Visa pour visiter l’Australie et y travailler de façon ponctuelle

Etudier en Australie tout en ayant la possibilité de travailler de-ci de-là durant son séjour nécessite l’obtention d’un visa particulier.…

19/05/2019 15:32

Après les smartphones, les écrans flexibles s’invitent… sur des sacs à main

Louis Vuitton s’est associé à Royole, qui a commercialisé en premier son smartphone pliable, pour livrer des sacs avec écrans…

19/05/2019 12:16

Immobilier : 5 choses à faire avant d’acheter un bien à l’étranger

Cultures différentes, règles territoriales et supraterritoriales complexes : les conséquences de l’impréparation peuvent être lourdes lorsque l’on investit hors du…

19/05/2019 08:00

Américains accidentels: dénoncer l’accord fiscal est « parfaitement envisageable »

La solution, radicale, permettrait de stopper le calvaire administratif et fiscal de milliers de français nés accidentellement aux Etats-Unis.

18/05/2019 16:45