Prix de l’électricité : triple hausse en vue pour les consommateurs cet été ?

Gelés pendant l’hiver sur décision du gouvernement, les tarifs réglementés de l’électricité vont connaître une poussée de fièvre jamais connue entre juin et août.

Crédit: iStock.

C’était prévu : comme évoqué en janvier dernier, une fois la période de gel des prix de l’énergie décidée par le gouvernement écoulée, les tarifs réglementés de l’électricité vont repartir à la hausse. Et pas qu’un peu. Les clients au Tarif Bleu d’EDF vont voir la partie consommation de leur facture d’électricité (mesurée en kWh) augmenter de 5,9% TTC. Soit, selon le chiffrage effectué par le ministère de la Transition écologique et solidaire, une facture annuelle gonflée de 85 euros pour un foyer qui se chauffe à l’électricité. Seront aussi concernés par ricochet les abonnés aux fournisseurs alternatifs ayant choisi une offre indexée sur les tarifs réglementés.

A LIRE >>> Les tarifs du gaz sont gelés mais pas complètement en fait

C’est la Commission de régulation de l’énergie qui vient de préconiser cette hausse au gouvernement. Ce dernier a trois mois pour les mettre en œuvre. « Le mouvement tarifaire proposé a vocation à s’appliquer aussitôt que possible et le premier jour d’un mois calendaire, rappelle le gendarme du secteur dans sa délibération, soit au plus tôt le 1er mars 2019, et au plus tard le 1er juin 2019. » En plein grand débat national, l’exécutif devrait donc jouer la montre et attendre la date la plus reculée. L’augmentation réelle apparaîtra donc à partir du mois de juillet sur les factures des abonnés.

Les fournisseurs alternatifs dans le collimateur de la CLCV

Cette hausse de 5,9% des tarifs régulés de l’électricité a fait sortir de ses gonds la CLCV. L’association de consommateurs allant même jusqu’à menacer l’Etat d’une action en justice. « Si l’État venait à suivre la recommandation de la CRE, ce qui est l’usage, la CLCV attaquerait cette disposition devant le Conseil d’État pour demander l’annulation de la hausse de tarif et le remboursement aux consommateurs du trop-perçu par l’opérateur. » Selon elle, cette très forte hausse permettrait de sauver de la faillite certains fournisseurs alternatifs, trop nombreux pour pouvoir se partager l’électricité nucléaire d’EDF qu’ils peuvent acheter, et qui doivent se fournir sur le marché de gros où les prix ont très fortement augmenté.

Une nouvelle hausse en août + une hausse exceptionnelle ?

Mais ce coup de de griffe au pouvoir d’achat ne sera sans doute pas le seul qui frappera les plus de 25 millions de foyers abonnés aux tarifs régulés. Car dans sa délibération, la CRE précise également qu’elle procédera « au calcul de l’écart entre les coûts supportés par les fournisseurs et les tarifs réglementés en vigueur entre le 1er janvier 2019 et la date d’application des tarifs proposés » ceci « afin d’intégrer une composante additionnelle visant à rattraper le retard en masse occasionné par ce décalage temporel. » En langage moins administratif, cela signifie que les clients au Tarif bleu vont payer cher le gel hivernal des tarifs de l’électricité : en plus de la hausse de 5,9% du kWh à partir du 1er juin, ils paieront aussi le rattrapage calculé sur les 5 premiers mois de l’année. Et ce n’est pas tout !

Les tarifs réglementés de l’électricité sont normalement recalculés une fois par an, en juillet, pour une revalorisation qui intervient habituellement au 1er août. Il est donc fort à parier qu’au cœur de l’été, la CRE va proposer une nouvelle évolution des prix régulés assortie du rattrapage sur le début de l’année. En tout et pour tout, les consommateurs subiront donc durant les grandes vacances, le cumul de trois hausses des prix de l’électricité en seulement deux mois. Avec des niveaux sans doute jamais atteints.

Sur le même thème

EDF Prix de l'électricité Prix du gaz Tarifs réglementés de l'électricité

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique