Ce qui change au 1er mars pour votre budget

Dans l’immobilier, les bureaux de tabac ou sur les routes, certaines modifications entrent en vigueur ce 1er mars.  Panorama.

Crédit: iStock.

• Immobilier : l’éco-PTZ simplifié

Si vous envisagez de réaliser des travaux d’amélioration de la performance énergétique de votre logement, mieux vaut les réaliser après le 1er mars. En effet, à partir de cette date, décrocher un éco Prêt à taux zéro (eco-PTZ) ne sera plus conditionné à la réalisation d’un bouquet de travaux (au moins 2) parmi les 6 éligibles. Cet impératif est supprimé. Il sera donc possible de recourir au dispositif pour réaliser un seul type de travaux, comme isoler les combles ou changer de chaudière. L’éco-PTZ permet de décrocher jusqu’à 30.000 euros sans avoir d’intérêt à payer. Il est par ailleurs cumulable avec le crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite). Prochaine étape de sa simplification : juillet 2019. L’éco-PTZ sera alors élargi à tous les logements de plus de deux ans et couvrira les travaux d’isolation des planchers bas.

• Hausse du prix du tabac

Avant d’atteindre le prix symbolique de 10 euros le paquet en 2020, le prix des cigarettes va connaître des hausses successives. La prochaine intervient ce vendredi 1er mars. En moyenne, le prix du paquet va enfler de 50 centimes, mais, dans le détail, l’augmentation sera variable en fonction des marques qui vont plus ou moins répercuter la hausse. La prochaine inflation du prix des cigarettes est prévue pour novembre prochain (+50 centimes en moyenne) et la suivante en novembre 2020 (+40 centimes).

• Renforcement de la formation des jeunes motocyclistes

Les conditions d’obtention du permis AM (brevet de sécurité routière, BSR), qui permet de conduire dès l’âge de 14 ans des cyclomoteurs de 50 cm³ ou des quadricycles légers (voiturettes sans permis) changent. Dès le 1er mars, une heure de formation supplémentaire s’ajoute. Elle porte sur la sensibilisation aux risques routiers. Pour les mineurs, au moins d’un des parents devra y assister.

• L’égalité salariale surveillée dans les grandes entreprises

Avant les PME en mars 2020 et les entreprises de plus de 250 salariés en septembre prochain, les grandes entreprises comptant plus de 1000 salariés doivent se soumettre à de nouvelles obligations sur le front de l’égalité de salaire homme femme. Elles doivent désormais communiquer un index précisant 5 critères dont l’écart de salaire, la répartition des augmentations et des promotions ou la part d’augmentation attribuée aux femmes de retour de congé maternité. Le tout devant être noté sur 100 points. Les entreprises doivent justifier d’au moins 75 points pour échapper à la sanction financière prévue sans améliorations dans les trois ans.

Sur le même thème

Budget salaire

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique