Vous êtes fonctionnaire ? L’Etat rembourse davantage vos frais de mission

Des décrets annoncent la revalorisation du remboursement des déplacements pour les fonctionnaires. Découvrez toutes les précisions.

En fonction des prix pratiqués dans la ville, les niveaux de remboursement varient.

C’est une bonne nouvelle pour les fonctionnaires. Relayé par BFM TV, le Journal officiel a publié sur son site internet des décrets fixant les modalités de règlement des frais occasionnés par les déplacements temporaires des fonctionnaires. Dans le détail, les frais de mission ont été revalorisés pour les déplacements des fonctionnaires pour des motifs professionnels.

100 euros pour Paris

Tout d’abord, la revalorisation concerne l’hébergement. Si le taux de base reste de 70 euros, il atteint maintenant 90 euros pour les grandes villes de plus de 200 000 habitants et communes de la métropole du Grand Paris. La somme allouée est de 100 euros pour Paris. Dans l’Outre-mer (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Mayotte, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin), le remboursement de l’hébergement est fixé à 70 euros. De plus, le taux d’hébergement est fixé dans tous les cas à 120 euros pour les agents reconnus en qualité de travailleurs handicapés et en situation de mobilité réduite. Des différences de prise en charge destinées à coller au mieux aux prix pratiqués dans les différentes régions de France. Par contre, les frais de repas restent inchangés à 15,25 euros pour le déjeuner et le dîner.

Indemnités kilométriques

BFM TV révèle également une revalorisation des taux des indemnités kilométriques. « Un agent public disposant d’un véhicule de 5 chevaux au plus et effectuant jusqu’à 2000 kilomètres par an,  sera indemnisé désormais sur la base de 29 centimes par kilomètre contre 25 centimes jusqu’à maintenant », détaille le site. Il précise également qu’entre 2 000 et 10 000 kilomètres effectués sur l’année, le remboursement sera de 0,36 euro du kilomètre. « L’agent qui a utilisé son véhicule personnel est remboursé, sur autorisation du chef de service, des frais de stationnement et de péage sur présentation des pièces justificatives au seul ordonnateur, quand l’intérêt du service le justifie et dès lors que ces frais n’ont pas été pris en charge au titre des frais divers prévus au b du 1° de l’article 3 », précise également l’article 7 d’un décret paru au Journal officiel fin février.

Sur le même thème

salaire

Réactions et commentaires

Sur la même thématique