La fusion des aides avec le revenu universel d’activité arrive à grands pas

La secrétaire d’État auprès des solidarités, Christelle Dubos et le rapporteur de la réforme, Fabrice Lenglart, donneront le top départ au chantier du revenu universel d’activité cette semaine. Le président français a expliqué il y a quelques mois vouloir « créer une loi en 2020 qui fusionne le plus grand nombre possible de prestations et dont l’État serait entièrement responsable » afin de lutter contre la pauvreté.

Un regroupement des aides

En effet, la réforme devrait réunir les différentes « prestations monétaires versées aux ménages modestes ». Dans un premier temps, il s’agit de grouper la prime d’activité, le Revenu de solidarité active (RSA) et les aides aux logements (APL). Mais d’autres aides comme l’allocation aux adultes handicapés ou l’allocation supplémentaire d’invalidité pourraient aussi être ajoutées. Par rapport au nombre de bénéficiaires actuels, une étude de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) estime qu’au minimum 5 millions de personnes seront éligibles au revenu universel d’activité.

A LIRE AUSSI >>> Impôt sur le revenu pour tous: quel avenir pour cette piste ?

De nombreuses questions et contestations émergent depuis l’annonce de la réforme et des pistes évoquées. Il est par exemple question d’ouvrir ce revenu universel aux moins de 25 ans ou aux bénéficiaires du minimum vieillesse. Certains défendent alors la notion de revenus modestes quand d’autres pointent du doigt le contresens avec la notion « d’activité ». Mais si le feu vert est donné ce jeudi 14 mars, les concertations ne devraient pas débuter avant avril selon RTL.

Un projet plus grand

Ce plan s’insère dans une vision plus large dans laquelle le chef de l’État prévoyait aussi la création d’un service public de l’insertion. La réforme visant à faciliter l’accès au travail, au logement, à la santé ou à la mobilité, ce service irait de paire. Avec un guichet unique, il servirait à faciliter l’accueil des allocataires et à les accompagner dans leurs démarches. Selon Emmanuel Macron, ce serait la « clé » pour résoudre les déséquilibres des suivis actuels.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre
Mots-clés : Aides sociales

Articles récents

Automobile: les recettes du malus ont baissé de 12% en 2019

De 559 millions d’euros en 2018, les recettes du malus automobile sont passées à 493 millions d’euros en 2019.

14/07/2020 11:20

Portée par l’espoir d’un vaccin, la Bourse de Paris s’envole

La Bourse de Paris s’est envolée aujourd’hui. Le CAC 40 s’est adjugé 1,73% et a repassé la barre des 5.000…

13/07/2020 18:52

Investissements: les actions sont le placement le plus rentable sur 40 ans  

L’immobilier et l’investissement dans des sociétés foncières se font également des places dans les placements les plus rentables. 

13/07/2020 17:02

Travail: 71% des Français continuent à répondre aux emails pendant leurs vacances 

Depuis 2018, les Français arrivent de moins en moins à se déconnecter de leur travail, selon les résultats d’une étude…

13/07/2020 16:22

Face à la crise, le modèle des SCPI affiche sa résilience

La crise engendrée par le Covid-19 pourrait-elle faire vaciller un secteur des SCPI (Sociétés civiles de placement immobilier) dont la…

13/07/2020 15:30

Protection des données et vie privée : qu’attendent les Français de leur assurance ?

La crise du coronavirus a fait évoluer les préoccupations des assurés. La plupart souhaitent désormais protéger en priorité leur identité numérique. 

13/07/2020 14:56