Les tickets restaurant papier n’existeront plus « d’ici trois ans »

Selon le directeur France d’Edenred, leader mondial des services transactionnels au service des entreprises, la fin du ticket restaurant papier est programmée dans trois ans. Le service sera alors entièrement dématérialisé.

©ALLILI MOURAD/SIPA

Les tickets restaurant papier sont sur le point de disparaître. Ce petit ticket, acolyte du déjeuner des salariés, sera en effet totalement dématérialisé d’ici trois ans. C’est l’annonce faite ce lundi 18 mars par Julien Tanguy, le directeur général pour la France d’Edenred, géant des services prépayés dans le monde du travail. « D’ici trois ans, le ticket restaurant papier va disparaître. On passera au 100% digital », a-t-il assuré à La Tribune. Cinq ans après la création de la carte Ticket Restaurant, Edenred a décidé de tout miser sur le numérique.

800.000 cartes Ticket Restaurant distribuées en France

L’entreprise affirme investir chaque année 100 millions d’euros par an dans le digital au niveau mondial. « 20% de l’acquisition des nouveaux clients sur la partie Ticket Restaurant s’effectue aujourd’hui en ligne. C’était zéro il y a trois ans ! », précise Julien Tanguy. Malgré cette très nette augmentation, la France est en retard puisque seulement un peu plus de 12.000 entreprises clientes d’Edenred, sur environ 65.000, ont choisi d’abandonner les tickets restaurant papier pour la carte Ticket Restaurant. Alors que le Brésil est entièrement passé au titre restaurant dématérialisé depuis 2016, en France, 800.000 cartes Ticket Restaurant ont été distribuées. « Nous passerons sans problème le cap du million de cartes au cours de l’année », assure Julien Tanguy.

Rester compétitif

La volonté d’Edenred de passer au numérique a aussi pour but de leur permettre de rester compétitif et de faire face à la concurrence. En effet, de nouveaux acteurs ont choisi de se positionner sur le secteur des titres déjeuner dématérialisés, à l’instar de la startup montpelliéraine Lunch, qui assure vouloir « digitaliser la pause déjeuner ». Edenred veut donc innover et a pour cela investi notamment dans Zenchef. La société édite un logiciel de réservation pour les restaurants et gère leur réputation sur internet.

À LIRE >>> Les raisons qui expliquent le bond de plus de 10% d’Edenred en Bourse

Autre diversification, le développement par Edenred d’applications destinées à permettre aux salariés d’acheter des places de cinéma via leur smartphone, tout en bénéficiant des tarifs préférentiels de leur comité d’entreprise. « Notre objectif est de devenir le compagnon universel du monde du travail », a assuré avec ambition Julien Tanguy auprès de La Tribune.

Sur le même thème

Entreprises salaire

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique