Frais bancaires 2019 : la baisse, oui mais…

Pour la première fois depuis trois ans, les clients des banques paieront 1% de moins sur leur facture annuelle. Une «bonne nouvelle» qui doit être nuancée.

Comme tous les ans, le comparateur en ligne Panorabanques livre son étude annuelle sur les frais bancaires dans 151 établissements. ALLILI MOURAD/SIPA

Comme tous les ans à la même période, le comparateur en ligne Panorabanques livre son étude annuelle sur les frais bancaires dans 151 établissements. Pour la première fois depuis trois ans, la baisse est (enfin) au rendez-vous : -1%.  A priori donc, les banques ont bien tenu leur promesse. Elles s’étaient, en effet, engagées en décembre dernier à geler leurs tarifs en 2019.

Au premier rang des postes qui expliquent la baisse : la gratuité de la gestion du compte par Internet devient la règle générale. Crédit Mutuel, par exemple, qui ponctionnait 12 euros l’année dernière, passe au zéro euro cette année. Au global, seules 14 banques facturent encore ce type de frais, avec une moyenne de 27,70 euros par an. Logique, il devient de plus en plus difficile pour les établissements de justifier cette ponction face aux néobanques et autres banques en ligne.

Stabilisation des frais de tenue de compte

Autres postes qui évoluent favorablement : les frais de tenue de compte se stabilisent à 17 euros en moyenne par an, un montant identique à 2018, alors que depuis 2010, leur progression était constante. Et les banques ont fait des efforts pour rendre leurs packages (ou offres forfaitisées de services) intéressants, quitte à supprimer des options inutiles (assurance moyens de paiement notamment). Société Générale, par exemple, a baissé le prix de son nouveau package Sobrio : 82,80 euros contre 102 euros pour l’ancien Jazz. Le prix des cartes également, qui pèse 30% de la facture totale, est globalement stable, soit 61,45 euros annuels en 2019. La baisse du coût des cartes à débit différé (-0,5%) compense en grande partie la hausse de celles à débit immédiat (+0,7%).

Même constat sur les juteux frais ponctionnés en cas de dépassement du découvert autorisé : +0,1% en 2019, soit 10 centimes de plus par rapport à 2018, pour un montant moyen annuel de 72,50 euros. Pour rappel, ces frais incluent les lettres d’information pour compte débiteur, les agios et les commissions d’intervention, plafonnées à 8 euros. Seules deux banques nationales facturent en dessous de ce plafond légal : La Banque Postale (6,90 euros) et le Crédit Mutuel Maine-Anjou Basse-Normandie (7,65 euros).

Gain de pouvoir d’achat : 2,2 euros

Reste que le tableau est moins idyllique qu’il n’y paraît. D’abord, comme le souligne Laure Prenat, la patronne de Panorabanques, le gain de pouvoir d’achat pour les clients est très modeste : 2,2 euros ! La facture globale moyenne passe ainsi à 215,10 euros, contre 217,30 euros. Un montant qui demeure élevé. Ensuite, rien ne permet d’écarter le risque d’un retour de bâton en 2020. Enfin, le diable se cachant dans les détails, certains frais augmentent nettement cette année. Les virements occasionnels en agence progressent de 1,3% en moyenne, par exemple, et les banques se sont empressées de facturer les nouveaux virements instantanés qu’elles commencent à proposer depuis la fin de l’année dernière. Il en coûte notamment 1 euro par opération au CIC, chez BNP Paribas ou encore à la Bred. De plus, certains établissements continuent d’avoir la main lourde : Banque Palatine ou Milleis Banque, par exemple, persistent à prélever respectivement 76 et 60 euros de frais de tenue de compte ! Crédit du Nord, lui, fait payer 4,10 euros assortis d’une commission de 3,10% pour chaque retrait à l’étranger…

Bref, comme le rappelle Laure Prenat, « les Français doivent rester vigilants sur ce que leur coûte leur banque, car les écarts tarifaires peuvent varier du simple au triple ». Changeront-ils d’établissement pour autant ? Le moment est propice en tout cas, puisque qu’une banque ne peut plus désormais imposer la domiciliation du salaire en contrepartie d’un prêt immobilier.

Sur le même thème

banque Banques en ligne N26 Néobanques

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique