Trottinettes électriques : à Paris, vous avez désormais le choix entre dix opérateurs

Uber est le dernier arrivé sur ce marché : ses trottinettes Jump débarquent à Paris ce jeudi 11 avril. Un service de vélos est aussi lancé.

Uber devient le dixième opérateur de trottinettes électriques en location à Paris. Crédit: Francois Mori/AP/SIPA

Et de dix ! Ce jeudi 11 avril, Uber lance son service de trottinettes en libre-service dans la capitale. Près de 500 engins baptisés « Jump », reconnaissables à leur couleur rouge, vont rejoindre les trottoirs de la capitale. Bridés à 20km/h, d’une autonomie de 40 kilomètres, ils vont essayer de conquérir les adeptes de ce mode de déplacement. Ces derniers ont désormais l’embarras du choix.

Pas de révolution tarifaire

Comme le rappelle BFM, ils sont désormais dix opérateurs à proposer à Paris des trottinettes électriques à la location et en « free-floating », c’est-à-dire sans avoir à ramener l’engin à un endroit spécifique comme une borne par exemple. Lime, Bird, Bolt, Wind, Tier, Voi, Hive, Flash, Dott et désormais Jump-Uber : la mairie de Paris estime que 15 000 trottinettes sont disponibles en libre-service dans la capitale. D’ici quelques mois, ce devrait être 40 000 trottinettes disponibles.

A LIRE >>> Après Paris, Lyon décide de taxer les trottinettes

L’arrivée d’Uber dans ce marché ultra concurrentiel ne devrait pas provoquer une révolution tarifaire car il devrait s’aligner sur les tarifs pratiqués par ses concurrents : 1 euro pour déverrouiller l’appareil et ensuite 0,15 euro la minute d’utilisation. Uber espère se différencier principalement par sa plateforme qui devient multimodale, relatent Les Echos : VTC, trottinette et vélo. Pas besoin de mise à jour : l’application affiche automatiquement dès jeudi matin les trottinettes et les vélos Jump disponibles autour de soi.

Le vélo aussi

En plus des trottinettes, Uber lance un service de vélos électriques en libre-service Jump. 500 bicyclettes sont mises à disposition. L’autonomie de la batterie est de 50 kilomètres. A la différence des autres entreprises qui ont proposé ce genre de service et qui n’ont pas survécu (Ofo, Gobee …), les vélos Jump-Uber seront en semi « free-floating » : les vélos sont équipés d’un câble antivol qu’il faut attacher pour considérer la location comme terminée. Pas besoin de bornes comme les Vélibs, un élément de mobilier urbain fera l’affaire. Une tentative pour mieux réguler l’espace urbain et éviter que les vélos ne gênent les piétons sur les trottoirs.

Sur le même thème

transport trottinette

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique