EDF: la future réorganisation impactera-t-elle votre facture ?

Les prix de l’électricité pourraient connaître prochainement une révolution. En effet, il ne sera plus possible qu’ils dépassent un certain plafond.

Le corridor des tarifs serait le moyen de lutter contre une inflation des prix/ ©Istock

Les choses bougent chez EDF. Emmanuel Macron devrait autoriser très prochainement un large mouvement de renationalisation des activités nucléaires de l’entreprise comme le révèle Le Parisien. Aujourd’hui, 83,7% d’EDF est détenu par l’Etat et 16,3% par le privé. L’objectif est donc que l’Etat détienne la quasi-totalité du capital d’ici peu de temps. Au-delà de ces manœuvres au sommet, les Français se préoccupent pour leur portefeuille.

Un plancher des prix

Les tarifs régulés de l’électricité sont fixés par la Commission de régulation de l’énergie avec l’Etat. Tous les tarifs dépendent du prix de l’énergie nucléaire.

Cette réorganisation d’EDF permettrait de définir un plancher maximum des prix et de fixer un seuil minimum. Ce corridor des tarifs serait ainsi le moyen de lutter contre une inflation et de garantir des prix corrélés au marché de l’énergie nucléaire. A l’opposé, des tarifs minimums seraient le moyen de garantir des revenus à l’entreprise.

La hausse abandonnée ?

Une autre hausse pourrait intervenir prochainement. Avant le 1er juin, l’exécutif doit se prononcer sur l’augmentation de 5,9 % des tarifs réglementés de l’électricité prévue pour l’été. Une mesure qui concernerait 25 millions de foyers. Une possible annonce déjà critiquée par l‘UFC Que Choisir.

L’association révèle que l’Autorité de la concurrence a contredit la Commission de régulation de l’énergie sur cette augmentation. « Je tiens à dire que c’est le tarif régulé, par ailleurs il y a d’autres offres et les Français peuvent choisir maintenant pour la fourniture du gaz et de l’électricité », avait rappelé François de Rugy, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. 

Face aux consommateurs, l’Autorité de la concurrence a choisi son camp contre la Commission de régulation de l’énergie. « 40 % de la hausse proposée ne correspondent pas à une augmentation des coûts de fourniture d’EDF mais ont pour but de permettre aux concurrents d’EDF de proposer des prix égaux ou inférieurs au tarif réglementé », expliquait l’instance le 25 mars dernier cité par l’UFC. Cette dernière annonce que si la hausse est finalement validée par le gouvernement elle saisira le Conseil d’Etat. L’association réclame également la suppression de la TVA à 20%.

Sur le même thème

Prix de l'électricité Tarifs réglementés de l'électricité

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique