Se connecter S’abonner

Grand Paris : votre vieux véhicule diesel ne pourra plus rouler à partir de juillet

Cette mesure de la Métropole du Grand Paris vise à améliorer la qualité de l’air. Des aides financières sont prévues pour changer de véhicule.

Votre véhicule diesel a été immatriculé pour la première fois avant le 31 décembre 2000 ? Il comporte la vignette Crit’Air 5 ? Alors d’ici juillet 2019, il n’aura plus le droit de rouler dans 79 communes du Grand Paris. Les véhicules essence datant d’avant 1997 sont également concernés.

L’interdiction de circulation sera en vigueur de 08 heures à 20 heures, du lundi au vendredi, concernant les véhicules des particuliers et des professionnels. Quant aux poids lourds, c’est une exclusion perpétuelle. Selon RTL, près de 187 000 véhicules portent la vignette Crit’Air 5 à Paris et dans la petite couronne. Mais près de 800 000 véhicules circuleraient sans vignette.

Améliorer la qualité de l’air

Cette mesure, prise par la Métropole du Grand Paris (MGP) en novembre 2018, vise à créer une Zone à faibles émissions (ZFE) dans les 79 communes de la banlieue parisienne, Paris incluse, situées dans le périmètre délimité par l’autoroute A86, un contournement en rocade de Paris situé à quelques kilomètres du boulevard périphérique parisien.

A LIRE >>> Macron « assume parfaitement » la hausse de la taxation sur le diesel

Selon Daniel Guiraud, vice-président de la MGP chargé de l’environnement, cette première mesure permettra de diminuer le dioxyde d’azote de 3% et les particules fines de 5%. D’ici 2024, tous les moteurs diesel seront interdits dans le Grand Paris, ce qui permettra à terme de diminuer de moitié la pollution dans la région francilienne.

Des aides insuffisantes ?

Cette mesure inquiète certains maires comme celui de Clamart, Jean-Didier Berger (LR). Celui-ci dénonce une mesure anti-sociale qui favorise les plus aisés, qui ont les moyens financiers de changer de voiture pour un véhicule moins polluant. Il considère que les aides financières, mises en place pour favoriser cette transition chez les moins aisés, sont ridicules.

Destinées à ceux qui ont un diesel de plus de 13 ans et qui sont exonérés d’impôt sur le revenu ou un diesel immatriculé avant le 1er janvier 2001, la Métropole promet une aide maximale de 5 000 euros. Une aide qui semble uniquement réservée aux 1 000 premiers dossiers… Une mesure insuffisante donc pour Jean-Didier Berger qui pense que la métropole n’aura pas le budget nécessaire pour les 187 000 véhicules classés officiellement Crit’Air 5.