Se connecter S’abonner

La fraude sociale atteint des records en 2018

L’Urssaf a récupéré plus de 640 millions d’euros dans des redressements d’entreprises ayant eu recours au travail dissimulé l’an passé. Un record.  

particuliers employeurs
Crédit : iStock.

En 2018, l’Urssaf a mené une vaste campagne de lutte contre la fraude sociale. Et les résultats sont là. Selon Le Parisien, l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss), la caisse de l’Urssaf, a mené 5 000 contrôles ciblés en 2018 dont 88% ont donné lieu à un redressement. L’organisme a ainsi « récupéré » 640,7 millions d’euros de redressements enregistrés pour travail dissimulé, un montant record en hausse de 18.5% par rapport à 2017, année de léger repli, et de 60% par rapport à la période 2012-2016.

La fraude au travail détaché en forte hausse

Dans les colonnes du quotidien, le directeur général de l’Acoss, Yann-Gaël Amghar, explique cette flambée des redressements par « des services mobilisés dans la lutte contre le travail dissimulé renforcés ».  Les effectifs atteignent désormais 220 agents équivalent temps plein avec un objectif de 70 postes supplémentaires à l’horizon 2022.

A LIRE >>> Fraudes aux allocations: les Caf font la chasse à vos erreurs

Le record de 2018 est également lié à un meilleur ciblage des fraudeurs. Les montages complexes de grande ampleur sont notamment dans le viseur de l’Acoss avec plus de 52% des sommes redressées supérieures à 1 million d’euros. Selon Le Parisien, un grand groupe a été redressé à hauteur de 100 millions d’euros pour fraude au travail détaché. Au total, ce sont 130 millions d’euros de redressements qui ont été prononcés pour ce motif en 2018, soit trois fois plus que l’année précédente.

La construction en tête des fraudeurs

Pour renforcer le dispositif de lutte contre les fraudes, le gouvernement a également renforcé ces dernières années son arsenal avec des « algorithmes de contrôle » visant à mieux détecter les incohérences et la mise en place d’échanges d’informations entre administrations françaises et étrangères. Par ailleurs la loi Fraude votée l’an passé permet aux agents de l’Urssaf d’accéder à des bases de données du fisc.

Selon BFMTV, le secteur d’activité le plus touché par les redressements en 2018 est le secteur de la construction avec 340 millions d’euros. Loin devant les services administratifs aux entreprises (37.3 millions d’euros), le commerce (26.6 millions d’euros), les transports (24 millions d’euros) et la restauration-hôtellerie (21.7 millions d’euros).