Se connecter S’abonner

Autopartage à Paris : comment fonctionne le nouvel Autolib’ ?

La mairie de Paris a lancé le remplaçant d’Autolib’ ce lundi 6 mai. Plusieurs opérateurs proposent leurs services à des prix différents.

automobile
Crédit : iStock.

Ne dites plus Autolib’ mais Mobilib’. Lundi 6 mai, la mairie de Paris a levé le voile sur le nouveau système d’autopartage piloté par la municipalité. Elle a annoncé que, contrairement au système Autolib’, ce sont désormais quatre opérateurs de location de voiture qui se partageront le marché.

La différence majeure entre feu Autolib’ et Mobilib’ réside dans le fait que l’utilisateur doit ramener le véhicule obligatoirement là où il l’a pris. La durée de location minimale est d’une heure, détaille Le Monde. Si vous voulez prendre un véhicule et pouvoir le déposer là où vous le souhaitez, vous utiliserez les services d’autres entreprises autorisées par la mairie de Paris : Free to move, Moov’in Paris et Car 2 Go.

Un large panel de véhicules

Concernant les quatre opérateurs Mobilib’, le plus important est Ubeeqo, une filiale d’Europcar. Cet opérateur pourra utiliser 851 places de stationnement parmi les 1 213 disponibles sur la voirie dont 713 anciennes places Autolib’ équipées d’une borne de recharge électrique. Les 362 places de parking restantes seront partagées entre le loueur Ada et les start-ups Drivy et Communauto.

La location se fait via une application sur smartphone, relate Le Parisien, qui permet de réserver et déverrouiller le véhicule. Des véhicules tant électriques que thermiques seront proposés, allant de la petite citadine à l’utilitaire. Ubeeqo aura déployé toute sa flotte d’ici septembre : deux tiers des véhicules seront des hybrides rechargeables, un quart seront des électriques et le reste seront des thermiques.

A LIRE >>> Budget auto : quand votre voiture peut aussi rapporter (un peu)

Des tarifs très variables

Les tarifs varient selon le type de véhicule, le kilométrage, la durée de la location ou encore des assurances souscrites. Chez Ubeeqo, les prix vont de 6 euros de l’heure (45 euros la journée, pour une Toyota Auris, par exemple) à 9 euros de l’heure (80 euros la journée). Le coût peut descendre à 4 euros de l’heure (pour une Renault Twingo), soit 29 euros la journée, à condition de souscrire à un abonnement à 27 euros par trimestre. L’assurance et un conducteur supplémentaire sont inclus dans le tarif.

Chez Communauto, les tarifs vont de 1,50 euro de l’heure à 2,50 euros de l’heure. Il faut ajouter entre 26 et 41 centimes du kilomètre et le tarif d’un abonnement mensuel. D’autres formules existent. Pour les voitures Drivy, comptez 20 euros pour quatre heures en semaine. Chez Ada, plusieurs options sont disponibles, à partir de 9 euros par jour.