Limitation à 80km/h : les départements vont pouvoir passer à la vitesse supérieure

Le Premier ministre a ouvert à la voie à un assouplissement de la limitation de vitesse, décidée l’été dernier.

En juillet 2018, les routes secondaires ont été limitées à 80km/h au lieu de 90km/h. Crédit: Istock

Edouard Philippe lâche du lest. Invité dans la matinale de France Info, ce jeudi 16 mai, le Premier ministre a déclaré qu’il ne voyait aucun inconvénient à ce que les présidents des conseils départementaux décident de déroger aux 80km/h.

La responsabilité des départements

« Les sénateurs, au moment de l’examen de la loi d’orientation sur les mobilités ont fait une proposition consistant à dire que localement, les préfets et les présidents des conseils départementaux pourraient s’affranchir de cette limite de 80 km/h et fixer une limite supérieure. […] Si les présidents des conseils départementaux souhaitent prendre leurs responsabilités, je n’y vois aucun inconvénient », a-t-il déclaré, à condition que cette décision départementale soit « assorti(e) de mesures qui permettent de garantir le plus haut niveau de sécurité routière possible ».

Mis en place en juillet 2018, l’abaissement de la vitesse de 90km/h à 80km/h sur les 400 000 kilomètres de routes secondaires n’est pas très bien passé dans l’opinion. Pour autant, Edouard Philippe assume.

Le Premier ministre n’a pas de regrets

« C’est une politique publique décidée par l’Etat qui a produit des effets. En 2018, nous avons eu, […] pas seulement mais à cause de cette mesure, la meilleure année en termes de sécurité routière ». Il y a eu 189 morts en moins par rapport à 2017. « En général, quand je prends une décision, je l’assume », a-t-il martelé, en soulignant qu’il n’a aucun regret. « Diminuer le nombre de morts, diminuer le nombre de blessés sur les routes, c’est une bonne chose », précise Edouard Philippe.

A LIRE >>> La limitation à 80 km/h a « des effets immédiats sur la route » selon la Sécurité routière

Le projet de loi d’orientation sur les mobilités est actuellement examiné par l’Assemblée nationale. L’association 40 millions d’automobilistes a salué le « recul » du Premier ministre et « une victoire pour nous et la sécurité des routes ». « Nous allons payer le prix du sang de la pseudo responsabilité des élus qui préfèrent leur mandat à la sécurité des citoyens », pense Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière.

Sur le même thème

Sécurité routière vie pratique

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique