Se connecter S’abonner

Semaine de quatre jours : les Français votent pour !

En optant pour la semaine de quatre jours, 83% des Français préfèrent travailler plus quotidiennement pour conserver le même salaire. Explications.

pouvoir d'achat
Crédit : iStock.

Travailler quatre jours par semaine ? Le graal pour une majorité de Français. En effet, selon l’étude « The Workforce View in Europe 2019 », réalisée par ADP auprès de plus de 10 000 salariés européens, dont 1 410 Français, 60% des travailleurs de l’Hexagone opteraient pour ce choix s’ils le pouvaient.

Si cet aménagement était possible, quelles seraient les conséquences ? Comme le détaille Le Figaro, qui rapporte l’étude, 83% des sondés préfèrent travailler davantage d’heures sur les quatre jours afin de conserver le même salaire mensuel. A l’inverse, ils sont 17% à préférer conserver les mêmes horaires même si cela implique de recevoir une rémunération diminuée.

Le rêve des 35-44 ans

Qui plébiscite la semaine de quatre jours ? En fonction de l’âge et de la situation professionnelle, la réponse diffère. En effet, 62% des personnes interrogées qui ont entre 35 et 44 ans opteraient pour ce nouveau mode de travail afin d’assurer un meilleur équilibre entre la vie personnelle et professionnelle. Les 25-34 ans eux n’ont pas les mêmes aspirations. Comme le rapporte cette étude, ils sont seulement 15% à être prêts à sacrifier leurs salaires pour une semaine de 4 jours.

« Si dans certains cas, métiers et modèles d’organisation du travail, des rapports montrent qu’il peut être possible de maintenir la productivité en ne travaillant que 4 jours, ce n’est pas une formule magique », détaille Carlos Fontelas de Carvalho, Président d’ADP en France et en Suisse dans des propos rapportés par Le Figaro.

Avant de poursuivre : « Si de telles solutions peuvent avoir un impact positif sur l’équilibre entre la vie personnelle et le travail, la nécessité de faire autant en moins de jours, peut aussi être générateur de stress au travail ». 

Disparité européenne

Nos voisins européens sont également séduits par ce possible aménagement du temps de travail. Dans le détail, 63% des Espagnols sont intéressés, 61% des salariés du Royaume-Uni et 61% des salariés des Pays-Bas. Par contre, cette option ne convainc que 38% des travailleurs polonais.