Se connecter S’abonner

Emploi: les secteurs qui vont le plus recruter en 2019 sont…

Une étude estime que 3,5 millions d’embauches sont prévues cette année. La majorité de ces dernières sont localisées en Ile-de-France.

Un chiffre impressionnant : les entreprises françaises devraient procéder à 3,5 millions d’embauches en 2019, selon Adecco, spécialiste de l’intérim. Près de 39% se feront en CDI, 30% en CDD. L’intérim représente 23% et les stages et les contrats d’apprentissage, 9%.

Des secteurs en tension

Secteur par secteur, c’est le commerce de gros et de détails qui devrait proposer le plus d’emplois cette année, avec une prévision de 544 181 recrutements. Viennent ensuite les secteurs de la construction (354 849), de l’hébergement et de la restauration (336 086), le secteur des services administratifs et de soutien (306 035) et des transports et de l’entreposage (252 310).

Plusieurs de ces secteurs ont d’ailleurs des difficultés à recruter, note Adecco. C’est le cas de la construction et de l’hôtellerie-restauration notamment. Le médico-social, l’agroalimentaire, le juridique et la gestion ainsi que l’agriculture font aussi partie des secteurs demandeurs.

A LIRE >>> Semaine de quatre jours : les Français votent pour !

L’Ile-de-France concentre les emplois

A l’inverse, la cokéfaction et le raffinage, les industries extractives, les télécommunications ou encore l’industrie pharmaceutique ne seront pas les secteurs qui proposent le plus d’emplois. Les administrations publiques sont plutôt dans la deuxième moitié de ce classement, mais c’est sans compter l’enseignement qui se classe 15ème sur 37.

Géographiquement, c’est en Ile-de-France que se concentrent les offres d’emploi : 753 988, sur 3,5 millions. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur forment le top cinq. En bas de ce classement, on retrouve les départements et régions d’outre-mer (La Réunion, Guadeloupe, Martinique et la Guyane) ainsi que la Corse, des régions moins peuplées que leurs équivalentes de métropole.

Adecco a calculé ces chiffres à partir des déclarations préalables aux embauches collectées par les Urssaf, les données sur l’intérim de Prism’emploi, les offres publiées et les enquêtes de l’Insee et de Pôle emploi.