Se connecter S’abonner

Infraction routière: il y a désormais 20 pays dans lesquels vous pouvez être verbalisé

En application d’une réglementation européenne, la France partage réciproquement des informations sur les infractions routières.

Mandatory Credit: Photo by Büh Florian/action press/REX/Shutterstock (9696648t) Radar trap on federal highway Radar trap on federal highway, Norderstedt, Germany – 29 May 2018/Rex_Radar_trap_on_federal_highway_N_9696648T/1805301238

Deux pays de plus : la République d’Irlande et la Suède ont été ajoutés à la liste des pays avec lesquels l’administration française communique les informations liées aux infractions routières, a annoncé la Sécurité routière ce lundi 24 juin.

Limiter les comportements dangereux

« Les ressortissants français commettant des infractions routières relevées par radar sur les routes irlandaises et suédoises pourront être poursuivis par les autorités de ces pays » qui enverront directement un courrier à votre domicile, en France, explique la Sécurité routière. Et réciproquement : les conducteurs irlandais et suédois flashés en France seront verbalisés.

Désormais, la France opère des échanges d’informations transfrontaliers avec 20 pays. Dix-neuf pays appartiennent à l’Union européenne : l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie, l’Autriche, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Luxembourg et désormais l’Irlande et la Suède.

Ces accords découlent d’une directive européenne de 2015 et visent à limiter les comportements dangereux des conducteurs étrangers. Un accord existe aussi avec la Suisse pour que les deux Etats échangent des informations en termes d’infractions routières, explique BFM.

A LIRE >>> Des centaines de super-radars nouvelle génération bientôt sur le bord des routes

Des milliers d’infractions

En revanche, l’infraction commise à l’étranger ne peut faire l’objet que d’une amende. Il n’y aura pas de retrait de point. Pour que ce soit le cas à l’avenir, il faut que les pays harmonisent les systèmes de gestion des infractions entre les différents pays européens.

Les conducteurs étrangers représentent 5% à 6% du trafic routier, selon la sécurité routière, mais représentent 21% des infractions relevées. Durant la période estivale, ce taux peut monter jusqu’à 50%. Entre février 2018 et janvier 2019, les véhicules immatriculés en Irlande ont commis plus de 15 000 infractions routières en France. Les Suédois, eux, ont commis 12 000 infractions.