Prime à la conversion automobile: pourquoi les règles pourraient être amenées à changer

Le gouvernement envisage de revoir les règles de la prime à la conversion en raison d’un certain nombre d’utilisations qui ne sont pas dans l’esprit de ce qui avait été voulu. Explications.

Près de 250.000 Français ont bénéficié de la "super prime" à la conversion pour les plus modestes en 2018, pour une dépense de 500 millions d'euros. Crédit: iStock.

Le gouvernement envisage de revoir les règles de la prime à la conversion vers des véhicules moins polluants, qui rencontre un « grand succès » mais dont certaines attributions « ne sont pas dans l’esprit » des intentions initiales, a affirmé vendredi la ministre des Transports Elisabeth Borne.

« Cette prime a un grand succès, mais il y a un certain nombre d’utilisations qui ne sont pas dans l’esprit de ce qu’on avait voulu », a affirmé la ministre sur la radio Franceinfo.

Des voitures à plus de 50 000 euros

Selon elle, « quelques dizaines de Français ont acheté des véhicules à plus de 50.000 euros » en profitant de ce dispositif, d’autres des « diesel pas très récents ». « On va regarder les critères pour s’assurer qu’on atteint bien la cible, c’est-à-dire des véhicules vraiment plus propres », a ajouté Mme Borne.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire est allé dans le même sens. « Quand vous avez des véhicules qui coûtent 40, 45, 50.000 euros, qui peuvent bénéficier de la prime à la conversion, je ne suis pas sûr que les personnes qui achètent ces véhicules aient besoin de la prime à la conversion », a-t-il déclaré au micro de BFMTV vendredi soir.

A LIRE >>> Copropriétés: des bornes de recharge électrique bientôt à moitié prix ?

« Pour maintenir cette prime à la conversion (…) pour les ménages les plus modestes, il faut la recentrer », a-t-il développé, évoquant une mesure de « justice, au cœur de notre politique économique ».

Un recentrage de la prime envisagée

Selon le journal Le Parisien, 220.000 demandes ont été déposées à la fin juin. A ce rythme, cela ferait 450.000 dossiers à la fin de l’année pour un coût de 900 millions d’euros, croit savoir le quotidien. Sollicité par l’AFP, le ministère de la Transition écologique et solidaire n’a pas confirmé ces chiffres.

La prime à la conversion est destinée à aider les Français à remplacer un véhicule ancien par un véhicule moins polluant, thermique ou électrique, respectant les conditions Crit’Air 1 ou 2.

A LIRE >>> Au 1er juillet, les silencieuses voitures électriques devront être bruyantes

Une « super prime » à la conversion est notamment proposée pour les 20% de foyers les plus modestes. Elle peut atteindre 4.000 euros pour un véhicule diesel ou essence et 5.000 euros pour une voiture hybride ou électrique.

Près de 250.000 Français en ont bénéficié en 2018, pour une dépense de 500 millions d’euros. Le gouvernement tablait à l’origine pour 2019 sur un investissement de 600 millions d’euros.

Sur le même thème

Auto Budget auto Budget automobiliste

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique