Se connecter S’abonner

C’est avec des citoyens tirés au sort que le gouvernement envisage de parler de l’avenir de la taxe carbone

La décision du gouvernement d'augmenter la taxe carbone avait été suspendue en novembre puis annulée pour 2019 sous la pression des "gilets jaunes".

Le gouvernement veut qu’une éventuelle décision sur une hausse de la taxe carbone qui avait déclenché le mouvement des « gilets jaunes » vienne d’une « convention citoyenne », a déclaré mardi Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État au ministère de la Transition écologique.

A LIRE >>> Les Français refusent de payer à nouveau la taxe carbone

« Je ne crois pas qu’on puisse se reposer la question comme on l’a posée précédemment, au gouvernement, au Parlement », a dit Mme Wargon interrogée sur CNews avant un nouveau « conseil de défense écologique ».

150 personnes

Ce conseil, réuni dans la matinée à l’Élysée, doit mettre en place la « convention citoyenne », un groupe composé de 150 personnes tirées au sort, chargé de proposer des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique.

« On leur demandera de réfléchir: « est-ce qu’on a suffisamment (de financements) pour accompagner la transition écologique », sinon est-ce qu’une taxe carbone est une bonne ou mauvaise idée et dans quelles conditions », a dit Mme Wargon.  

La décision du gouvernement d’augmenter la taxe carbone avait été suspendue en novembre puis annulée pour 2019 sous la pression des « gilets jaunes ».

La conscience du péril climatique progresse

« La conscience du péril climatique progresse, de mois en mois, de jour en jour (…), simplement ce consensus croissant n’a pas son pareil du côté des solutions. On l’a vu sur la taxe carbone ces mois derniers », a pour sa part déclaré  sur France Inter Thierry Pech, coprésident du comité de gouvernance Citoyenne pour la Transition écologique, le groupe de 150 citoyens.

A LIRE >>> Pour l’économiste Jean Pisani-Ferry, la taxe carbone doit revenir « d’ici la fin du quinquennat »

L’idée de la convention est de proposer à ces citoyens « tirés au sort et représentatifs de la société française et de sa diversité de réfléchir ensemble sur les meilleurs moyens de progresser dans la lutte contre le réchauffement climatique », a-t-il ajouté. 

Le gouvernement souhaite qu’ils fassent des propositions pour réduire « d’ici à 2030 l’émission des gaz à effet de serre de 40% par rapport à 1990 ». « Le gouvernement s’est engagé à répondre à ces propositions dans des délais relativement courts et à publier un calendrier de l’exécution », a-t-il conclu.