Se connecter S’abonner

Alimentation: les avocats espagnols vendus par Biocoop étaient-ils péruviens?

Selon un document confidentiel, un fournisseur du réseau de magasins Biocoop vendrait des avocats estampillés « origine Espagne » alors qu’ils viendraient d’Amérique. Le distributeur a agi en conséquence, a-t-il précisé dans un communiqué.

FILE – This Dec. 15, 2014 photo shows avocados and limes, key ingredients for guacamole in Concord, N.H. A New York Times article Wednesday, July 1, urged readers to pair peas with guacamole, causing an outrage on Twitter. Even President Barack Obama joined the online cacophony, tweeting out: “respect the nyt, but not buying peas in guac.” (AP Photo/Matthew Mead, File)/NYET404/100421851420/A DEC. 15, 2014 PHOTO; FOR USE WITH AP LIFESTYLES/1507021904

Bio ou pas bio ? D’origine espagnole ou péruvienne ? Dans son édition du mercredi 10 juillet, Le Canard enchaîné révèle que des avocats vendus dans le réseau de magasins Biocoop (590 boutiques) pourraient ne pas être certifiés bio.

La mention bio remise en question

Le journal a pu mettre la main sur un document confidentiel, présenté en conseil d’administration fin juin. Sur celui-ci, il est inscrit que des avocats, censés venir d’Espagne, proviendraient en fait d’Amérique du Sud, plus exactement du Pérou. Le caractère bio de ces avocats serait par conséquent remis en question.

Trois options ont alors été discutées par les administrateurs du réseau de magasins de produits bio : ne rien changer et considérer que les tromperies ne relèvent pas du distributeur, créer une station de conditionnement sur place pour mieux contrôler l’approvisionnement et contourner les grossistes ou bien mettre les points sur les « i » avec l’intermédiaire en question en lui demandant une totale transparence et une traçabilité efficiente. Selon Le Canard, c’est cette troisième option qui a été retenue, « sans retour satisfaisant ».

A LIRE >>> Additifs et polluants: les produits «bio» ne sont pas irréprochables

Aucune irrégularité décelée

Du côté de chez Biocoop, un communiqué a été publié. On peut y lire que l’enseigne a réagi à la suite d’alertes fournies par un fournisseur. Une fois sur place, des tests sont réalisés et ne permettent pas de déceler une irrégularité. Mais Biocoop décide quand même d’écarter les deux producteurs douteux et de ne plus travailler avec eux d’ici 2023, sauf en cas de dépannage, alors qu’il fournit le tiers des avocats d’origine espagnole vendus dans le réseau.

La solution d’une station de conditionnement a été écartée car les preuves d’un dysfonctionnement n’ont pas été apportées, après un audit. De plus le fournisseur qui voulait s’associer avec Biocoop pour monter la station de conditionnement ne paraissait pas assez fiable.