Comment les indépendants et les salariés démissionnaires pourront accéder aux indemnités chômage

C’était une promesse du candidat Macron : élargir l’accès au chômage à tous les travailleurs. Mercredi 10 juillet, le gouvernement a informé les partenaires sociaux de la manière dont il comptait tenir cette promesse. Capital publie ainsi le projet de décret de la réforme contestée de l’assurance-chômage. Ce texte précise les conditions d’accès à l’indemnisation des travailleurs indépendants et des salariés démissionnaires. Il sera appliqué à partir du mois de novembre.

Des conditions de revenus et des délais pour les indépendants

Les indépendants pourront donc toucher 800 € par mois, pendant six mois, à condition qu’ils justifient de revenus antérieurs d’activité égaux ou supérieurs à 10 000 € par an. Pendant ces deux années, ils doivent avoir travaillé de façon ininterrompue pour la même entreprise. Au moment où il fait sa demande d’assurance-chômage, le travailleur indépendant doit prouver qu’il touche moins que le RSA depuis un an. Il doit donc avoir gagné moins de 559,74 € pendant les douze mois précédant la demande.

Par ailleurs, pour percevoir une indemnisation, les indépendants doivent se déclarer auprès de Pôle emploi au maximum un an après la fin de leur activité. « Ce versement ne peut être réalisé qu’à la condition qu’il intervienne dans un délai de trois ans à compter de la date d’admission à l’allocation, augmenté de la durée d’indemnisation initialement notifiée », précise le décret. Cela veut donc dire que l’indemnisation ne peut avoir lieu que dans un délai total de trois ans et demi après l’admission.

A LIRE >> Accompagnement des chômeurs: Pôle emploi a du boulot

Un projet de reconversion ou de création d’entreprise pour les salariés démissionnaires

Quant aux salariés qui ont volontairement quitté leur entreprise, l’indemnité chômage leur est accessible, à condition qu’ils présentent un projet professionnel et qu’ils aient cinq ans d’ancienneté dans l’entreprise. C’est une commission qui se chargera de vérifier si le projet est « réel et sérieux ». Il faudra donc que le salarié envisage soit une reconversion professionnelle soit une création ou reprise d’entreprise.

Le demandeur pourra exercer un recours gracieux contre la décision de la commission si elle lui est défavorable. Si la réponse est positive, il « dispose d’un délai de six mois à compter de la notification de la décision pour déposer auprès de Pôle emploi une demande d’allocation d’assurance-chômage ». En revanche, si l’ancien salarié ne mène pas à bien son projet, il peut être radié de Pôle emploi.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Retraites: le gouvernement envisage que la génération 1975 soit la première concernée par la réforme

Le gouvernement doit annoncer l’architecture générale de sa réforme des retraites mercredi. Des points restent encore à éclaircir avant le…

10/12/2019 08:59

Epargne : le LDDS va réellement devenir solidaire

Les dons aux acteurs de l’économie sociale et solidaire via votre LDD seront possibles à compter de juin prochain.

10/12/2019 08:00

Sur les marketplaces, la fraude à la TVA des vendeurs en ligne étrangers est massive

Selon la Direction nationale des enquêtes fiscales, 98% des sociétés étrangères opérant sur les places de marché qu'elle a pu…

09/12/2019 21:34

Nouvelle alerte sur les fragilités des marchés financiers

La BRI, la banque centrale des banques centrales, alerte sur des fragilités sur les marchés financiers qui méritent une «…

09/12/2019 19:45

Smic: le ministre de l’Economie opposé à un coup de pouce au 1er janvier

Le ministre « ne souhaite pas » ce coup de pouce. Le Smic bénéficiera toutefois d’une hausse mécanique liée à…

09/12/2019 17:51

Taux bas obligent, l’assurance vie rapportera moins en 2019

De loin le premier placement d'épargne, l'assurance vie s’apprête à voir les taux de ses fonds sécuriser chuter cette année.…

09/12/2019 17:00