La viande de laboratoire arrive bientôt au supermarché pour moins de 10 €

Des start-ups européennes prévoient l’arrivée du « steak in vitro », produit en laboratoire, dans les supermarchés d’ici deux ans pour une somme raisonnable.

La viande fabriquée dans des laboratoires pourrait arriver plus vite qu'on ne le croit dans les rayons de nos supermarchés. Crédit: AP Photo/Terry Chea

La viande du futur se fabriquera-t-elle sans tuer d’animaux ? On connait bien les alternatives végétales à la viande. Steaks de soja, tofu et même steaks saignants à base de plantes se font une place de plus en plus importante dans les assiettes occidentales. La viande fabriquée à partir de cellules animales paraissait quant à elle envisageable dans un futur lointain. Pour les start-ups qui s’affairent dans les laboratoires, ce futur est beaucoup plus proche qu’on ne le croit.

250 000 € en 2013

Pallier au manque de ressources, émettre moins de CO², nourrir une planète de 9,8 milliards d’êtres humains d’ici 2050, c’est ce que veulent faire ces adeptes de la viande du futur. Pour The Good Food Institute, une ONG qui promeut les alternatives végétales, ce steak hyper technologique va sauver le monde. Dans deux ans, les supermarchés proposeront donc des « steaks in vitro », pour moins de 10 €, selon ces spécialistes de l’ « agriculture cellulaire », interrogés par Reuters.

En 2013, un morceau de viande de ce type coûtait 250 000 €. C’était l’œuvre d’une entreprise néerlandaise appelée Mosa Meat. Six ans plus tard, le secteur de la « viande propre » compte une vingtaine d’acteurs et les coûts de production ont largement baissé. Ce qui donne l’espoir à ces start-ups d’arriver très vite dans les rayons des magasins.

A LIRE >> Alimentation : les Français se méfient des étiquettes des produits… et ils ont raison

Produire à grande échelle

« Le hamburger était aussi cher en 2013 parce qu’à l’époque, c’était une science nouvelle et que nous produisions à très petite échelle. L’échelle grandissant, nous prévoyons que le coût de production d’un hamburger soit d’environ 9 euros », détaille une porte-parole de Mosa Meat à Reuters. L’objectif de ces entreprises est donc de grandir et d’amorcer une production industrielle pour faire rentrer dans nos quotidiens cette viande cellulaire, fabriquée sans animal mort.

Sur le même thème

alimentation Consommation vie pratique

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique