Se connecter S’abonner

Réforme de l’assurance chômage: pour l’industrie agro-alimentaire, c’est «un coup de poignard»

Pour les professionnels de l'industrie agro-alimentaire, le dispositif du bonus-malus de la réforme de l'assurance chômage fait peser un risque économique supplémentaire. Ce secteur a notamment recourt aux contrats saisonniers.

Une mesure qui ne passe pas auprès des entreprises et syndicats du secteur de l’alimentation. Dimanche, dans une tribune, ils ont qualifié de « coup de poignard » le projet de « bonus-malus » des cotisations chômage patronales pour les entreprises ayant beaucoup recours aux contrats courts et aux emplois saisonniers.

« Nous découvrons avec stupeur, dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage, un projet de ‘bonus-malus’ qui vise notamment les emplois saisonniers », s’indignent une centaine d’entreprises et syndicats du secteur dans une lettre ouverte au Premier ministre Edouard Philippe publiée dansLe Journal du dimanche.

« Ce serait un coup de poignard dans le dos. Toute sur-taxation des contrats saisonniers constituerait un risque économique majeur », ajoutent-ils, précisant que les entreprises du secteur « transforment 70% de la production agricole et de la pêche et s’adaptent de manière structurelle à des moments de récoltes et de consommation ».

A LIRE >>> Assurance chômage : les décrets sont parus, la réforme sera mise en œuvre en novembre

Un bonus-malus qui concerne sept secteurs économiques

Parmi les signataires figurent notamment les groupes Fleury Michon, Haribo, Lindt, Daucy et Sodebo. Quelques organisations professionnelles se sont également jointes à l’appel, dont le syndicat du chocolat ou encore la Fédération nationale de l’industrie laitière (Fnil).

La réforme de l’assurance chômage prévoit d’appliquer un système de bonus-malus dans sept secteurs consommateurs de contrats courts. 

Le principe du bonus-malus est de faire varier le taux de cotisation d’assurance chômage d’une entreprise en fonction de son taux de rupture de contrats donnant lieu à inscription à Pôle emploi. L’objectif est de pénaliser les entreprises qui abusent des CDD courts et font financer les creux de leur activité par l’assurance chômage

Selon Pôle emploi, le secteur « fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac » est celui qui a le plus fort taux de rupture. « Notre demande est simple: tenez compte de la saisonnalité de nos emplois et de notre proximité avec l’agriculture », plaident les signataires de la lettre relayée par l’Ania (Association nationale des industries alimentaires).