Se connecter S’abonner

Les transports ruraux en France sont moins chers mais bien plus laborieux que ceux de ses voisins européens

L'Autorité de la qualité de service dans les transports a comparé les horaires et les temps de trajets des transports collectifs dans les zones rurales en France avec ceux de l'Espagne et de l'Allemagne.

White Bus driving along the asphalt road in a rural landscape at sunset.

En moyenne, un Français vivant dans une région reculée paie 14,80 euros pour ses trajets en transport en commun. Un Allemand doit compter 39,50 et un Espagnol 24,30 euros. Cependant c’est bien le seul point sur lequel la France est le bon élève en terme de transports collectifs. Selon une étude de l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST), relayée par Le Figaro, la France rurale est particulièrement mal desservie.

Une amplitude horaire très limitée

La durée moyenne des trajets courts français est de 198 minutes. En Espagne, elle est de 130 minutes et en Allemagne de 126 minutes. Mais c’est surtout sur les horaires que la France fait pâle figure face à ses voisins européens. L’amplitude horaire des transports ruraux est en moyenne de 4h43. En Espagne, les habitants des zones rurales peuvent choisir dans des horaires sur une amplitude de 12h40 et 13h25 en Allemagne.

Si les Français trouvent le bus, le train ou le car qui leur convient en terme d’horaire, ils doivent prévoir de quoi s’occuper dans le cas où ils ont une correspondance. Le temps moyen de transfert est de 80 minutes, deux fois plus long qu’en Allemagne.

A LIRE >> Ile-de-France : un « forfait antipollution » à tarif réduit pour les transports publics

Cinq fois plus de temps en transport qu’en voiture

Les transports ne rivalisent pas du tout avec la voiture. Pour les trajets courts, il faut plus de cinq fois plus de temps pour arriver à destination en transport commun qu’en automobile. « En zone rurale, la faiblesse de l’offre de transport en commun amène à un état de dépendance automobile quasiment total », indique Alain Sauvant, le directeur de l’AQST au quotidien.