TF1, M6 et France Télévisions vont créer « Salto », une plateforme de vidéos à la demande pour concurrencer Netflix

Direct, rattrapage et programmes à la demande : la plateforme des télévisions françaises devrait être lancée durant les premiers mois de l’année 2020.

La plateforme française devrait arriver sur les écrans dans les premiers mois de 2020. Crédit: Istock

Les trois plus gros acteurs de la télévision en France attendaient le feu vert avec impatience : l’Autorité de la concurrence a autorisé TF1, M6 et le groupe public France Télévisions à s’allier pour créer une plateforme vidéo commune, qui s’appellera Salto. Cette autorisation acquise, les trois groupes ont annoncé que Salto pourra être lancé durant le premier trimestre 2020.

Comme l’explique le journal Les Echos, cette plateforme proposera un accès aux directs des chaînes des trois groupes, les émissions des chaînes en replay ainsi qu’un catalogue de vidéos à la demande, de type Netflix, catalogue qui va plus loin que l’offre de rattrapage. A sa présentation en 2018, il n’était pas question d’une quelconque gratuité, du moins, pour les directs et le rattrapage. Cette partie de Salto devrait être accessible pour quelques euros (les tarifs restent à déterminer). Puis pour quelques euros de plus, le consommateur aura accès à l’offre de VOD.

A LIRE >>> 5 millions de Français sont désormais abonnés à Netflix

Damer le pion à Netflix

En contrepartie de l’accord de l’Autorité de la concurrence, TF1, M6 et France Télévisions ont pris certains engagements pour éviter toute coordination dans l’acquisition de droits, relate Le Figaro. Ainsi, d’après Les Echos, les contenus audiovisuels (hors films) acquis par Salto auprès des trois groupes ne pourront pas représenter plus de 40% du total proposé sur la plateforme. M6, TF1 et France Télévisions pourront proposer des exclusivités temporaires pour des services et des fonctionnalités sur Salto. Ils ont aussi accepté de « limiter les possibilités de promotion croisée entre leurs chaînes et la plateforme Salto ».

Le but de la manœuvre reste évidemment d’endiguer la progression de Netflix en France, qui a dépassé les cinq millions d’abonnés en février, et Amazon Prime Vidéo. Mais aussi, de se positionner alors que d’autres plateformes vont bientôt débarquer comme Disney+ et AppleTV+. Au Royaume-Uni, les télévisions publiques et privées se sont déjà associées pour fonder une plateforme commune : ITV et la BBC vont lancer à la fin de l’année le service BritBox.

Sur le même thème

Offres VOD vie pratique

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique