Après Apple, Google et Microsoft, Facebook admet lui aussi avoir écouté les conversations des utilisateurs

Le réseau social faisait retranscrire les fichiers audios collectés via son application Messenger. Il affirme avoir cessé ces pratiques il y a une semaine.

Facebook a faire retranscrire les conversations pendant plusieurs années. Crédit: SIPA

Pris la main dans le sac. Facebook a été obligé d’avouer qu’il avait bien écouté et fait retranscrire les conversations audios des utilisateurs du célèbre réseau social, à la suite des révélations du média américain Bloomberg. La firme de Mark Zuckerberg a fait appel à des prestataires extérieurs pour écouter et retranscrire ces pistes audios provenant de l’application Messenger de Facebook, depuis 2015.

Il s’agissait de vérifier que l’intelligence artificielle avait bien fait son travail, ainsi qu’anonymiser ces conversations. « Comme Apple et Google, nous avons suspendu l’examen opéré par des humains des conversations audios il y a plus d’une semaine », déclarait Facebook mardi 13 août. Ces conversations retranscrites ont pu aider à affiner le ciblage publicitaire.

Pourtant, en 2018, Mark Zuckerberg avait affirmé devant le Congrès des Etats-Unis, lors d’une audition, que Facebook n’écoutait pas les fichiers audios, rappelle Bloomberg : « Vous parlez d’une théorie du complot qui circule affirmant que nous écoutons ce qui se passe dans votre micro et que nous l’utilisons pour de la pub. Nous ne faisons pas ça ».

A LIRE >>> Libra, la future cryptomonnaie de Facebook, pourrait bien ne pas voir le jour

Améliorer les services

Puis, il avait ajouté que Facebook a « seulement accès aux micros des utilisateurs si ces derniers ont donné leur permission et s’ils utilisent une fonctionnalité particulière qui requiert l’audio comme les messages vocaux ».

D’autres entreprises du secteur des technologies ont été prises sur le fait ces derniers temps. Ainsi Amazon et Apple ont avoué avoir collecté des extraits audios depuis les appareils qui portent leur marque comme l’enceinte connectée Alexa d’Amazon, et soumis ces conversations à une analyse faite par une personne humaine, dans le but d’améliorer les services. Google a procédé de même avec son assistant.

Quant à Microsoft, les écoutes se sont produites via ses logiciels Skype et Cortana. Depuis ces révélations, Apple et Google ont déclaré avoir cessé ce genre de pratiques et Amazon a déclaré avoir mis en place une fonctionnalité dans Alexa pour que l’utilisateur refuse l’envoi des enregistrements vers des prestataires.

Sur le même thème

Facebook réseaux sociaux

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique