Budget auto: les effets qu’a eu la réforme du stationnement dans les villes

Selon cette étude, cette réforme n’a pas fait déraper les coûts du stationnement tout en permettant une plus grande rotation des voitures sur les places de parking. Les conducteurs ont plus tendance à passer par l’horodateur.

Les prix de la première heure de stationnement n'ont pas connu de flambée. Crédit: Cécile CHEVALLIER/SIPA

Le 1er janvier 2018, la réforme du stationnement entrait en vigueur : les municipalités ont reçu de nouveaux pouvoirs et le défaut de stationnement n’était plus sanctionné par une amende mais un forfait post-stationnement (FPS) dont le montant peut être fixé par les villes. Un an et demi après la mise en route de cette réforme, qu’en est-il ? Le Groupement des autorités responsables de transport (Gart) et le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) ont mené l’enquête. Conduite de janvier à février 2019, cette étude se base sur les réponses apportées par 226 villes, sur 551 sollicitées.

A LIRE >>> Stationnement : quelles sont les villes les plus chères de France?

Coût de la première heure stable

Il en ressort que les villes ont fait le choix majoritaire de « ne pas augmenter le coût du stationnement de courte durée, tout en encourageant la rotation via une augmentation progressive des tarifs pour des durées de stationnement plus longues ». Ainsi, le coût moyen de la première heure de stationnement est de 1,33 euro, alors qu’il était de 1,35 euro en 2015.

Des variations sont constatées selon la taille des villes : dans celles de moins de 50 000 habitants, le coût moyen de la première heure est de 1,11 euro alors qu’il est de 2,09 euros dans les villes de plus de 200 000 habitants. Trois quarts des villes ont un FPS inférieur à 17 euros, ce qui inférieur au montant du PV d’avant la réforme. Le prix moyen du FPS est de 25 euros. Quelques villes proposent un montant minoré pour ce FPS.

A LIRE >>> Contester un PV de stationnement : les conseils d’une avocate spécialisée

Contrôles externes

« Si l’on compare avec le nombre de PV émis précédemment dans un cadre pénal, l’entrée en vigueur de la réforme ne semble pas avoir été synonyme d’augmentation du nombre de FPS émis », notent les deux institutions. Le nombre de FPS émis par place de stationnement en 2018 s’élève à 10,9, contre 12,5 PV par an et par place en 2015. 66% des villes émettent moins de 10 FPS par an et par place. En 2015, elles étaient 50%. L’étude constate que le nombre de FPS établis est plus élevé dans les villes qui ont délégué les contrôles à un prestataire externe que dans celles qui exercent ce pouvoir directement.

Enfin, les usagers ont tendance à payer davantage leur stationnement dans les villes où le nombre d’agents de surveillance par place de stationnement est le plus élevé. Ainsi, dans une ville où un agent surveille moins de 250 places payantes, la recette quotidienne est de 3,63 euros par place. Dans une ville où un agent surveille plus de 250 places payantes, la recette tombe à 2,87 euros par place et par jour.

Sur le même thème

Budget auto FPS - PV stationnement

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique