Se connecter S’abonner

Des auto-écoles vont proposer des formations pour les utilisateurs de trottinettes électriques

En lien avec les opérateurs, ces formations permettront de sensibiliser les usagers de trottinettes électriques sur les risques que présente l’utilisation de ces engins.

Des trottinettes électriques partout : en quelques mois seulement, elles ont envahi les trottoirs. Et les incivilités ne se sont pas fait attendre : stationnement anarchique, non-respect du code de la route, conduite dangereuse. Jusqu’au drame : début juin, un homme est mort après avoir été percuté par un camion dans le 18e arrondissement de Paris. Il avait refusé la priorité. A Lyon, où il y aurait 10 000 trottinettes en circulation dans l’agglomération, certaines auto-écoles ont décidé d’agir pour prévenir ce genre de drame.

Comme l’évoque France 3 Auvergne-Rhônes-Alpes, des formations pour apprendre à maîtriser les trottinettes électriques et enseigner les règles basiques du code de la route vont être mises en place. « Ça va trop vite sur les trottoirs et pas assez vite sur la route. Et puis, ça roule un peu n’importe comment. Donc on est obligé de faire plus attention à ces gens-là. Et on a vu dernièrement quelqu’un prendre l’autoroute avec sa trottinette, donc il faudrait réglementer un peu plus l’usage des trottinettes », pense Raphaël Chatelard, moniteur d’auto-école.

A LIRE >>> Comment certaines grandes métropoles ont réussi à mettre un terme au chaos engendré par le manque de civisme des utilisateurs de trottinettes électriques

Prendre conscience des dangers

Un des opérateurs de trottinettes électriques, Circ, et le syndicat des professionnels de l’automobile, proposent des formations courtes. « L’idée, c’est d’avoir avec des petits groupes de jeunes, une conversation autour du risque routier, du comportement à adopter, pour qu’il y ait une véritable prise de conscience sur ce mode de déplacement, sur ses dangers », relate Annabelle Claret, directrice d’une auto-école. Des formations qui doivent durer une heure et demie et coûter entre dix et 15 euros selon les auto-écoles, détaille 20Minutes. Un autre opérateur se montre volontariste, Voï, en proposant des stages gratuits ou en équipant gratuitement de casques les utilisateurs.

Une association représentant les victimes des accidents causés par les trottinettes électriques a été reçue au ministère de la Transition écologique et solidaire, lundi 12 août. Elle réclame que les opérateurs prennent des assurances, ainsi que les usagers de ce service. Pour lutter contre les infractions au code de la route, elle demande que les engins soient immatriculés et que le nom réel des utilisateurs soit enregistré par les loueurs, pour retrouver plus facilement les auteurs d’infractions.