Le coût de la vie étudiante augmente plus vite que l’inflation

Ticket-repas, transports en commun et surtout les loyers : les étudiants vont devoir mettre un peu plus la main à la poche cette année pour faire face à leurs dépenses.

Le coût de la vie étudiant progresse de 2,83%. Crédit: Istock

Une rentrée qui va coûter un peu plus cher que la précédente. Selon l’étude annuelle du syndicat étudiant Unef (Union nationale des étudiants de France), le coût de la vie étudiante progresse de 2,83%, relate la radio RTL. Un chiffre qui est bien plus élevé que l’inflation, qui devrait s’élever à 1,2% sur l’année.

En cause, l’augmentation des prix des produits de première nécessité, des transports en commun et aussi du ticket-repas du restaurant universitaire (+1,54%), qui augmente de cinq centimes pour atteindre 3,30 euros. Dans les cafeterias universitaires, les prix augmentent aussi : +15% à Nice, +11% à Nantes.

A LIRE >>> Sécurité sociale étudiante: qu’est-ce qui va changer à la rentrée 2019?

Le logement, premier poste de dépense

Mais le poste de dépense qui représente la plus grosse augmentation et la dépense mensuelle la plus importante, c’est le loyer qui augmente en moyenne de 2,97%. Comptez +5% dans la région parisienne, +2,8% en région. Dix grandes villes cumulent l’augmentation du prix des transports en commun avec l’augmentation des loyers, dont Bordeaux, Renne, Lille, Nantes et Lyon.

D’ailleurs, alors que la rentrée approche, les étudiants sont sur les rangs pour se trouver un logement. Alors que l’on compte 1,6 million d’inscrits à l’université, il y aurait encore 350 000 étudiants à la recherche d’un logement pour la rentrée, selon Immojeune, une plateforme d’aide de recherche de logement, explique Le Figaro. La concurrence pour les logements est rude dans les zones tendues comme les grandes métropoles.

A LIRE >>> Logements étudiants: les villes où les loyers sont les moins chers

Des crédits à faible taux

Au fil des années, ces retardataires sont de plus en plus nombreux en raison notamment de la procédure Parcoursup (anciennement Admission post bac), qui, dans certains cas, donnent des résultats d’affectation tardifs. Et pas question de commencer à chercher un logement tant que l’on ne sait pas où l’on va… Le directeur général d’Immojeune William Vieillard conseille de « postuler à beaucoup d’offres, être très réactif, ne pas se démotiver, être très vigilant lors de l’état des lieux (vérifier la machine à laver ou les plaques chauffantes) et surtout avoir un dossier complet à 100% » pour réussir ses recherches.

Selon les chiffres de l’Unef, cités par le site Cbanque.com, si l’on compte toutes les charges que supporte un étudiant et que l’on retire les différentes aides (bourses et logement, principalement), le reste à charge est en moyenne de 838 euros par mois. Si l’aide familiale représente 184 euros par mois et les jobs saisonniers ou étudiants rapportent environ 200 euros par mois, il faut encore trouver de l’argent. Par conséquent, d’après la mutuelle d’épargne Carac, quatre jeunes sur dix contractent un prêt étudiant de 10 000 euros en moyenne. Globalement les banques proposent des taux d’intérêt faibles (entre 0,80% et 1%) et offrent les frais de dossier. Par contre, elles demandent une caution parentale pour se prémunir du risque de non-remboursement.

Sur le même thème

Budget étudiant logement étudiant

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique