Se connecter S’abonner

Pour la rentrée universitaire 2019, les bourses des étudiants ont été légèrement revalorisées

Le montant des bourses étudiantes progresse d’environ 1% par rapport à l’année dernière. Pendant ce temps, le coût de la vie étudiante progresse plus rapidement.

Budget
Crédit: iStock.

En interview sur la radio RTL, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur a affirmé que « nous avons revalorisé les bourses sur critères sociaux, c’est 46 millions d’euros supplémentaires. Le volume global de financement qui est consacré à l’aide aux étudiants, c’est 5,7 milliards sur le budget du ministère ».

Des bourses en augmentation de 1% en moyenne

Effectivement, selon un arrêté en date du 15 juillet 2019, les bourses d’enseignement supérieur, délivrées par les Crous (centre régional des œuvres universitaires et scolaires), ont été légèrement augmentées par rapport au montant fixé pour l’année 2018-2019. Globalement, les montants annuels pour tous les échelons, du niveau zéro bis à l’échelon 7 (le maximum), ont été augmentés d’environ 1% à 1,10%.

Pour l’échelon zéro bis, le montant est désormais de 1 020 euros pour l’année, 1687 euros pour l’échelon 1, 2 541 euros pour l’échelon 2, 3 253 euros pour l’échelon 3, 3 967 euros pour l’échelon 4, 4 555 euros pour l’échelon 5, 4 831 euros pour l’échelon 6 et 5 612 euros pour l’échelon 7.

A LIRE >>> Logements étudiants: les villes où les loyers sont les moins chers

Progression du coût de la vie étudiante

Une hausse des bourses qui ne comblera pas forcément la hausse des coûts de la vie étudiante. Selon la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), citée par Le Monde, un étudiant non boursier de 20 ans en licence à l’université et qui ne vit plus chez ses parents, devra débourser 2 285 euros en moyenne pour sa rentrée universitaire en 2019 (loyer, fourniture, frais d’inscription). Par rapport à la rentrée 2018, c’est une progression de 1,96%. Une hausse principalement imputable à l’augmentation des frais de la vie courante (+2,73%).

D’après l’Unef (l’Union nationale des étudiants de France), qui utilise une autre méthodologie, la facture est encore plus salée : la vie étudiante entre 2019 coûtera 2,83% plus cher qu’en 2018. Pour ce syndicat, ce sont les loyers qui pèsent le plus dans ce panier de dépenses, d’autant qu’ils ont augmenté dans les grandes métropoles où se concentrent les étudiants. L’augmentation du ticket-repas dans les restaurants universitaires n’arrange rien.

Selon la ministre Frédérique Vidal, « Le coût d’une année universitaire pris en charge par l’Etat, c’est 10 000 euros ». Il y a 2,6 millions d’étudiants en France.