Comment la loi alimentation a changé les promotions dans les supermarchés

Améliorer la rémunération des producteurs et des agriculteurs : c’était l’un des objectifs de la loi alimentation (loi EGalim) qui est entrée en vigueur au début de l’année 2019. Pour arriver à ce but, la loi a introduit des restrictions dans les promotions effectuées par les industriels et les distributeurs pour éviter de faire baisser le prix des denrées. Ainsi, il est désormais interdit d’utiliser le mot « gratuit » durant les opérations de promotion. La loi a également introduit une hausse du seuil de revente à perte (fixé désormais à 10%). Le volume des produits soumis à un rabais ne peut excéder 25%.

A LIRE >>> Loi Alimentation: l’Autorité de la concurrence rappelle avoir émis un avis « très réservé »

« Prix choc »

Ces nouvelles dispositions législatives ont eu un effet dans les magasins. Tout d’abord, une hausse de certains prix. D’après l’Autorité de la concurrence, cité par Le Figaro, relever le seuil de revente à perte représente un surcoût de 10 à 78 euros par an et par ménage, soit 4,5 milliards d’euros au maximum sur deux ans. Cependant, les rabais accordés par l’Association nationale des industries agroalimentaires viennent gommer cet effet, en ayant accordé aux consommateurs une « ristourne » de 5,5 milliards d’euros sur les prix. Mais des hausses ont quand même été constatées : +4% sur les produits de grande consommation, +9% sur les alcools.

A LIRE >>> Malgré la loi alimentation, la moitié des industriels a dû baisser ses tarifs

Limités dans leur pratique des promotions sur les rayons alimentaires, les distributeurs ont donc déplacé ces pratiques dans les rayons non-alimentaires, pour continuer d’attirer les consommateurs dans les magasins. Les enseignes utilisent d’autres subterfuges de vocabulaire pour continuer à jouer sur le terrain des bas prix : « prix choc », « bas prix ». Selon Alexandre Bompard, le PDG de Carrefour, « Au global, la loi EGalim et la limitation des promotions n’ont pas causé d’inflation sur l’alimentaire en France, mais ont entraîné une attention beaucoup plus poussée sur les prix bas quotidiens (“every day low prices”) et sur l’attractivité des programmes de fidélité pour s’assurer de la loyauté de nos clients ».

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Les contrôles fiscaux ont rapporté 9 milliards d’euros en 2019

L’Administration fiscale a récupéré l’an dernier près de 10 milliards d’euros répartis entre les contrôles fiscaux, les amendes pénales et…

17/02/2020 19:15

Nouveau montant record pour les dividendes en 2019 à l’échelle mondiale

Les dividendes versés dans le monde ont atteint un niveau historique l’an dernier, et ils devraient encore battre un nouveau…

17/02/2020 17:15

Réforme des retraites: les divorcés toucheront finalement une pension de réversion

Le gouvernement a annoncé vendredi de nouvelles mesures pour que la réforme des retraites bénéficie aux femmes.

17/02/2020 16:01

Immobilier : les taux d’emprunt se tendent légèrement

Selon les courtiers, les barèmes des banques ont un peu augmenté au mois de février. Les prémices peut-être d’un durcissement…

17/02/2020 15:45

Application: Clean Bill enregistre les tickets de caisse directement sur votre smartphone

Alors que la fin du ticket de caisse imprimé semble proche, deux commerçants gardois ont lancé l'application Clean Bill qui…

17/02/2020 15:41

Automobile: bientôt une citadine électrique low cost par Dacia?

Renault veut lancer une voiture électrique entrée de gamme dès 2022.

17/02/2020 14:18