Quand les fournisseurs d’énergie promettent une électricité « verte » qui ne l’est pas

Une électricité produite avec des sources d’énergies renouvelables, c’est ce que pensent avoir les 1,5 million de consommateurs qui ont souscrit à ce type d’offre. Pourtant, ce n’est pas aussi limpide. Explications.

L'électricité "verte" n'est pas toujours si verte. Crédit: Istock

Une électricité « verte », issue de sources d’énergies renouvelables comme l’éolien ou l’hydraulique. Quand les fournisseurs vendent ce genre de contrat, on s’attendrait justement à ce que cette électricité respecte mieux l’environnement. Or, c’est loin d’être le cas.

Les certificats de garantie d’origine

Pourtant, beaucoup de fournisseurs s’y sont mis. Comme le relate Le Monde, quelque 70% des offres mises sur le marché sont estampillées « vertes » et tous les géants de l’énergie se sont inscrits dans cette démarche, Engie, Total direct énergie, EDF. Pourtant, 72% de la production électrique nationale provient des réacteurs nucléaires, une source qui n’est pas reconnue ni comptabilisée dans les offres « vertes ».

A LIRE >>> La hausse de 1,23% des tarifs réglementés de l’électricité entre en vigueur

Tout cela repose sur le marché des certificats de garantie d’origine. Quand l’électricité est injectée dans le réseau, il est impossible de connaître son origine. En effet, les électrons qui circulent dans les lignes à haute tension comme dans la prise électrique de votre robot-mixeur (par exemple) ne sont pas différents, qu’ils soient issus du réacteur de Fessenheim (Bas-Rhin) ou du barrage de Serre-Ponçon, dans les Hautes-Alpes. Par conséquent, un système de certificat a été mis en place, explique le comparateur en ligne des offres d’énergie Selectra. Ces « garanties d’origine » permettent d’assurer qu’une quantité donnée d’électricité a bien été produite via des sources renouvelables, une quantité équivalente à celle achetée par le fournisseur.

Compenser l’énergie fossile

Sauf que les fournisseurs d’énergie n’ont aucune obligation d’acheter ces certificats chez le producteur d’où ils viennent se fournir. Ainsi, en France, ils peuvent se fournir en électricité d’origine nucléaire et compenser avec des certificats achetés à des barrages hydroélectriques basés en Norvège ou en Islande.

A LIRE >>> Électricité : ces conseils de l’UFC-Que choisir pour faire baisser votre facture

L’ONG Greenpeace s’était penchée l’automne dernier sur ce marché, qui trompe plus ou moins les consommateurs. Il en ressortait que les petits producteurs Energie d’ici, Enercoop et Ilek étaient jugés « vraiment verts » car proposant une électricité renouvelable à plus de 95%. Par contre, les poids lourds du secteur que sont EDF, Engie et Total direct énergie étaient les mauvais élèves, EDF pour son parc nucléaire, Total pour ses investissements massifs dans les énergies fossiles.

Sur le même thème

Prix de l'électricité Prix de l'énergie

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique