Se connecter S’abonner

Gare Saint-Lazare: des portillons pour lutter contre la fraude mis en service ce mercredi

140 portillons de validation, répartis sur les 8 accès aux trains, barrent désormais l'accès au quai transversal, réservé aux voyageurs.

Crédit: iStock.

La SNCF et Ile-de-France Mobilités (IDFM) ont officiellement mis en service mercredi des portillons contrôlant l’accès aux quais de la gare Saint-Lazare, à Paris, afin de mieux lutter contre la fraude et les incivilités.

Les 140 portes de validation, réparties sur les 8 accès aux trains, barrent désormais l’accès au quai transversal, réservé aux voyageurs. Disponibles en trois largeurs différentes, ils permettent le passage de 35 à 40 personnes par minute, deux fois plus d’un portillon classique. Et ceux qui passent à deux sont immédiatement repérés.

A LIRE >>> Un rapport alerte sur les problèmes de maintenance à la SNCF

« Pour les voyageurs, c’est une contrainte supplémentaire (…), mais il était absolument indispensable que la gare Saint-Lazare soit fermée, parce qu’elle reçoit 400.000 voyageurs par jour. Et malheureusement, une gare ouverte, c’est de la fraude et c’est de l’incivilité, voire de la délinquance », a déclaré Valérie Pécresse, la présidente d’IDFM et de la région Ile-de-France. Or, « 60% des auteurs d’incivilités sont des fraudeurs », a-t-elle souligné.

« Le coût de la fraude tous les ans, c’est 63 millions d’euros », l’équivalent de six trains neufs ou « trois ans de budget du nettoyage des 400 gares de Transilien » (le réseau des trains de banlieue de la SNCF en Ile-de-France), a précisé de son côté Alain Krakovitch, le directeur général de SNCF Transilien.

La validation via un smartphone arrive

Les portiques de Saint-Lazare sont « ultra-modernes », a relevé Valérie Pécresse. Il permettront à l’avenir la validation des titres de transports avec des smartphones.

« Ils permettront petit à petit d’avoir des tarifs plus intelligents », IDFM travaillant sur des formules permettant de payer après coup, en fonction du nombre de trajets effectués, a-t-elle ajouté.

Les 140 portiques de Saint-Lazare ont coûté 14 millions d’euros, financés par IDFM. Trente-trois autres gares doivent être équipées de portes de validation similaires d’ici 2021 pour 41 millions supplémentaires, l’objectif étant aussi de remplacer les 1.800 tourniquets actuels, dont certains ont plus de trente ans.