Se connecter S’abonner

A Paris, les transports en commun deviennent gratuits pour les enfants

La maire de Paris Anne Hidalgo a décidé de rembourser aux familles les frais engagés pour que leurs enfants utilisent les transports en commun. Cette mesure entre en vigueur le 1er septembre 2019.

métro
Crédit photo : Istock

Un coup de pouce pour les familles parisiennes. A partir du 1er septembre, la mairie de la capitale va rembourser les transports en commun des plus jeunes. Ainsi, les abonnements des enfants scolarisés en maternelle et en primaire seront intégralement remboursés, soit 350 euros par an. Pour en profiter, il faut résider à Paris et la famille doit déposer une demande de remboursement par enfant. Environ 160 000 enfants sont potentiellement concernés par cette mesure. Quant aux collégiens et aux lycéens, la mairie de Paris propose un remboursement à hauteur de 50% de l’abonnement annuel Imagine R scolaire, dont les frais de dossier. C’est 135 000 jeunes qui sont concernés.

Autre mesure mise en place, la gratuité des transports en commun pour les jeunes parisiens handicapés de moins de 20 ans, ce qui concerne 6 000 jeunes. Aussi, la mairie de Paris a décidé d’attribuer une aide financière pour les jeunes qui ont entre 14 et 18 ans et qui ont souscrit à un abonnement Vélib’ mécanique « V-Plus jeune ». Cette aide sera égale au coût initial de cet abonnement. La mairie compte toucher 105 000 jeunes Parisiens. Cet abonnement coûte actuellement 27,60 euros par an, indique le site de la ville de Paris.

A LIRE >>> Canicule: les transports en commun d’Ile-de-France vont être climatisés… mais d’ici 5 ans

Quid du reste de l’Île-de-France ?

Selon le journal Les Echos, ces dispositifs coûteront à la Ville environ 50 millions d’euros. « C’est une avancée sociale majeure. Ça va faciliter les sorties scolaires, permettre aux parents de circuler plus facilement et habituer les enfants à être titulaire d’un titre de transport », comment le conseiller PCF de Paris et administrateur d’Île-de-France Mobilités (IDFM) Jacques Baudrier.

A LIRE >>> Transport: combien dépensent les Français pour aller travailler?

Certaines associations d’usagers des transports en commun réclament que ce genre de mesure soit prise aussi dans les communes de la petite et de la grande couronne, voire même carrément au niveau régional par Île-de-France Mobilités. Pour l’instant, la présidente de la région et d’IDFM a posé une fin de non-recevoir, arguant que la gratuité aurait un coût trop important et serait inefficace pour améliorer la qualité de l’air.