Le salaire des cadres a progressé l’an dernier

Selon une étude de l’Apec, les cadres ont bénéficié d’une hausse de 2% de leur salaire.

Les inégalités hommes-femmes ont tendance à se réduire dans l'industrie et dans la construction et restent stables dans les services. Crédit : Istock

La rémunération des cadres a augmenté de 2% en 2018 après 2% également en 2017, après 6 ans de stabilité, selon l’enquête annuelle conduite par l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) publiée mercredi.

Le salaire médian (la moitié gagne plus, l’autre moins) a progressé sur un an de 2% en euros courants, et de 4% sur deux ans (2016-2018) pour s’établir à 50.000 euros en additionnant parts fixe et variable.

A LIRE >>> Salaires et prime Macron: l’année a été favorable au pouvoir d’achat

L’étude, réalisée en mars 2019 auprès de 16.827 cadres du privé, souligne que cette hausse de 4% succède à six années de stagnation, de 2011 à 2016.

Au cours des cinq dernières années, ce sont les cadres de moins de 30 ans qui ont vu leur rémunération augmenter le plus vite: +6% entre 2014 et 2018. La mobilité professionnelle favorise les augmentations: les cadres qui quittent leur entreprise bénéficient d’une plus forte augmentation (11%) que ceux qui changent de poste en interne (5%).

En 2018, six cadres sur dix ont profité de leur mobilité externe pour renégocier leur salaire. Les fonctions les plus rémunératrices sont celles liées à la direction (médiane de rémunération de 70.000 euros) devant les métiers de la production industrielle, les fonctions commerciales et marketing, l’informatique, les postes de gestion, finance et administration.

Le secteur de l’industrie, qui représente 15% des cadres du privé, enregistre les plus hauts niveaux de salaire avec une rémunération médiane de 53.000 euros.

Des salaires plus élevés en Ile-de-France

Les disparités restent importantes selon les régions, avec l’Ile-de-France en tête des régions les plus rémunératrices devant la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est et le Centre-Val de Loire. Un écart de 11% est observé entre l’Ile-de-France et les autres régions. Les cadres franciliens sont aussi les plus augmentés (54% d’entre eux l’ont été, soit 6 points de plus que les autres).

Les inégalités femmes-hommes restent importantes: en 2018, les hommes cadres gagnent 16% de plus que les femmes (salaire brut médian). En 2017, l’écart était de 13%, en hausse d’un point par rapport à 2016.

A LIRE >>> Ménage, devoirs, repas : quel serait le salaire d’un parent au foyer ?

Les inégalités hommes-femmes ont tendance à se réduire dans l’industrie et dans la construction et restent stables dans les services, les trois secteurs présentant un écart de 10 à 11%. A l’inverse, l’écart s’accentue dans le commerce et la distribution, atteignant 20%.

Les cadres sont confiants dans leurs perspectives salariales, note l’Apec: en 2019, un cadre sur deux va demander une augmentation et 36% pensent l’obtenir.

Sur le même thème

épargne salariale salaire

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique