Carburants: un rapport relance l’idée d’une taxe carbone élargie

Le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO), organisme rattaché à la Cour des comptes, a relancé mercredi l’idée d’élargir la taxe carbone, dont la hausse a été l’un des détonateurs de la crise des gilets jaunes, à l’ensemble des « consommations fossiles ». 

Dans un rapport intitulé « la fiscalité environnementale au défi de l’urgence climatique », le CPO a proposé « la reprise d’une trajectoire de fiscalité carbone, tant cet outil paraît conditionner l’atteinte des objectifs environnementaux ». 

A LIRE >>> Les Français refusent de payer à nouveau la taxe carbone

Cet organisme envisage d’aller plus loin en élargissant son assiette « en vue de toucher l’ensemble des consommations fossiles » par « la suppression ou la réduction des dépenses fiscales (exonérations, remboursements, taux réduits) ».

Il plaide aussi pour une révision des « exemptions du transport aérien et maritime, les mécanismes de remboursement du secteur routier et les taux réduits applicables au gazole non routier dans la perspective d’un alignement progressif sur le droit commun ».

Des mécanismes de compensation pour les plus modestes

Pour atténuer les effets de cette mesure impopulaire, le conseil préconise « d’associer des mécanismes de compensation en direction des ménages les plus affectés, notamment les ménages modestes, de manière à favoriser l’acceptation de la fiscalité carbone et l’adaptation des comportements ».

Le CPO demande aussi « plus de clarté » et recommande de transformer cette taxe « en un instrument autonome, dissocié des impôts de rendement que sont les taxes énergétiques ». « La réussite de la reprise d’une trajectoire carbone en France est conditionnée (par) une meilleure prise en compte des facteurs d’acceptabilité, tout en veillant à ne pas accroître le niveau global des prélèvements obligatoires », ont souligné les auteurs du rapport.

A LIRE >>> Pour l’économiste Jean Pisani-Ferry, la taxe carbone doit revenir « d’ici la fin du quinquennat »

Sous la pression des gilets jaunes, le gouvernement avait suspendu puis annulé la hausse de la taxe carbone prévue pour 2019. Selon la Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam), la perte de l’avantage fiscal des compagnies aériennes sur le kérosène leur coûterait « 350 millions d’euros » et pourrait entraîner 3 à 4.000 suppressions d’emplois.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

« L’or, dans un contexte de création monétaire débridée, va tirer profit de son statut d’actif réel »

Les cours des matières premières, et notamment ceux du pétrole, sont fortement chahutés en raison de la récession mondiale qui…

03/04/2020 17:51

Arrêt maladie : envoi des justificatifs par mail bientôt possible

Depuis le début du confinement, et parfois depuis bien avant, les demandes d’arrêt de travail ont explosé pour des milliers…

03/04/2020 17:38

Coronavirus : 3.000 agences immobilières pourraient disparaître selon la Fnaim

Le principal syndicat des professionnels de l’immobilier la Fnaim tire la sonnette d’alarme. Si le gouvernement ne revient pas sur…

03/04/2020 16:58

« Les besoins de la Nation sont assurés » selon le secrétaire d’État aux transports

« Il n’y a pas de pénurie en France » a assuré Jean-Baptiste Djebbari dans Ouest France. Le secrétaire d’État…

03/04/2020 16:23

Indépendants: nouveaux critères pour suspension de loyer et droit à une aide

Les travailleurs indépendants peuvent prétendre à une suspension du paiement de leur loyer et de leurs factures d’énergie s’ils correspondent…

03/04/2020 15:19

Le confinement permet de réaliser des économies

La majorité des Français (57 %) vit le confinement comme une parenthèse selon une étude de l’Observatoire Cetelem. Résultat, ils…

03/04/2020 13:18