Taux bas : la Banque de France promet que les dépôts en banque des particuliers ne seront pas ponctionnés

Les clients bancaires « habituels » et les PME ne seront pas ponctionnés par leurs banques en raison des taux d’intérêt bas, a assuré mercredi François Villeroy de Galhau, gouverneur de la banque de France, alors que certaines banques européennes commencent à facturer les dépôts de leurs clients très fortunés.

« Aucune banque française n’applique aujourd’hui de taux négatifs à ses déposants particuliers habituels ou à ses PME, et nous comptons bien que cela demeure en l’état », a affirmé le banquier central, interrogé sur RTL sur l’impact des taux bas sur les banques et leurs clients.

A LIRE >>> Les taux négatifs ne doivent pas devenir une « drogue »

Les banques qui ponctionnent leurs clients sont des établissements de gestion de fortune « qui visent de très gros patrimoines » avec des « comptes courants supérieurs à un million d’euros », et « il n’est pas question que ceci s’applique aux particuliers habituels ou aux PME », a soutenu le patron de la banque de France.

Depuis cet été, l’impact des taux bas sur les banques est devenu un sujet de préoccupation avec l’annonce par certaines banques européennes, notamment allemandes et danoises, de la facturation des dépôts de leur clientèle fortunée et/ou institutionnelle.

Ces établissements ont ainsi répercuté le coût du taux négatif appliqué par la Banque centrale européenne (BCE) à leurs propres dépôts de liquidités excédentaires.

Les banques pointent cette politique de taux bas

Négatif depuis cinq ans, ce taux a été encore abaissé de -0,40% à -0,50% la semaine dernière par la BCE. Par ailleurs, depuis plus de trois ans, les banques de la zone euro peuvent aussi emprunter de l’argent gratuitement à la BCE pour une durée d’une semaine.

A LIRE >>> Bourse : vos actions peuvent-elles profiter de taux directeurs négatifs ?

Cette politique de taux bas mise en œuvre par l’institution européenne a notamment pour objectif de stimuler l’activité économique en incitant les banques à prêter de l’argent plutôt qu’à le mettre en réserve.

Mais de plus en plus les banques pointent cette politique de taux bas, coûteuse pour leurs dépôts, qui affecte aussi leur rentabilité en réduisant leur marge entre le taux d’intérêt auquel elles prêtent et celui auquel elles se refinancent.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Voitures, montres et parfums: l’étonnante vente aux enchères de Bercy

Vous voulez acheter une Renault Clio ou un lingot d’argent ? Alors il vous faut aller à la vente aux…

13/11/2019 13:45

Automobile: quelles sont les meilleures villes pour conduire?

Mieux vieux habiter Calgary (Canada) que Paris pour se déplacer avec sa voiture particulière. La capitale française est classée 71e…

13/11/2019 11:45

Assurance auto: quand les assureurs offrent une ristourne à ceux qui ont une caméra embarquée

Les dashcams, ces caméras placées sur le tableau de bord des voitures, permettent de diminuer le nombre d’accidents ou de…

13/11/2019 10:12

Privatisation de la FDJ: plus de 80% des actions réservées aux particuliers ont trouvé preneur

En seulement quelques jours, les particuliers se sont rués sur les actions de la FDJ dans le cadre de sa…

13/11/2019 08:46

Immobilier : ces 8 grandes villes dans lesquelles votre investissement locatif rapportera

Parmi les grandes villes, celles dans lesquelles mener un investissement immobilier locatif fructueux ne sont pas nombreuses. Notre sélection.

13/11/2019 08:07

Réforme des retraites: Macron et Philippe « ont tous les choix possibles »

Le haut-commissaire aux Retraites redit ses réserves sur une généralisation de la clause du grand-père qui consiste à n'appliquer la…

13/11/2019 07:25