Taux bas : la Banque de France promet que les dépôts en banque des particuliers ne seront pas ponctionnés

Les clients bancaires « habituels » et les PME ne seront pas ponctionnés par leurs banques en raison des taux d’intérêt bas, a assuré mercredi François Villeroy de Galhau, gouverneur de la banque de France, alors que certaines banques européennes commencent à facturer les dépôts de leurs clients très fortunés.

« Aucune banque française n’applique aujourd’hui de taux négatifs à ses déposants particuliers habituels ou à ses PME, et nous comptons bien que cela demeure en l’état », a affirmé le banquier central, interrogé sur RTL sur l’impact des taux bas sur les banques et leurs clients.

A LIRE >>> Les taux négatifs ne doivent pas devenir une « drogue »

Les banques qui ponctionnent leurs clients sont des établissements de gestion de fortune « qui visent de très gros patrimoines » avec des « comptes courants supérieurs à un million d’euros », et « il n’est pas question que ceci s’applique aux particuliers habituels ou aux PME », a soutenu le patron de la banque de France.

Depuis cet été, l’impact des taux bas sur les banques est devenu un sujet de préoccupation avec l’annonce par certaines banques européennes, notamment allemandes et danoises, de la facturation des dépôts de leur clientèle fortunée et/ou institutionnelle.

Ces établissements ont ainsi répercuté le coût du taux négatif appliqué par la Banque centrale européenne (BCE) à leurs propres dépôts de liquidités excédentaires.

Les banques pointent cette politique de taux bas

Négatif depuis cinq ans, ce taux a été encore abaissé de -0,40% à -0,50% la semaine dernière par la BCE. Par ailleurs, depuis plus de trois ans, les banques de la zone euro peuvent aussi emprunter de l’argent gratuitement à la BCE pour une durée d’une semaine.

A LIRE >>> Bourse : vos actions peuvent-elles profiter de taux directeurs négatifs ?

Cette politique de taux bas mise en œuvre par l’institution européenne a notamment pour objectif de stimuler l’activité économique en incitant les banques à prêter de l’argent plutôt qu’à le mettre en réserve.

Mais de plus en plus les banques pointent cette politique de taux bas, coûteuse pour leurs dépôts, qui affecte aussi leur rentabilité en réduisant leur marge entre le taux d’intérêt auquel elles prêtent et celui auquel elles se refinancent.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Automobile: bonus écologique et prime à la conversion sont augmentés à partir du 1er juin

Le plan de relance du secteur automobile, annoncé mardi 26 mai, prévoit huit milliards d’euros d’aides et le renouvellement du…

27/05/2020 11:13

L’activité reprend en France, mais le PIB devrait chuter de 20% au deuxième trimestre

L’activité est repartie en France depuis le début du déconfinement, l’économie française tournant actuellement à environ quatre cinquièmes de son…

27/05/2020 10:41

Camaïeu et La Halle à leur tour placées en redressement judiciaire

En difficulté à cause de la crise sanitaire, Camaïeu et La Halle sont placées en redressement judiciaire. D'autres enseignes de…

27/05/2020 09:44

Début des French Days avec des remises jusqu’à 75%

La première grande opération promotionnelle post-confinement, les French Days, commence ce mercredi 27 mai, à l’initiative de six enseignes d’e-commerce.

27/05/2020 08:45

La bourse de Paris confirme son rebond et dépasse les 4.600 points

Le CAC 40 a gagné 1,46% aujourd’hui et cassé le seuil des 4.600 points sur lequel il butait depuis des…

26/05/2020 18:58

Coronavirus : l’assurance vie pâtit d’une faible collecte en avril

La collecte nette sur l’assurance vie est restée négative au mois d’avril en raison surtout de la faiblesse des versements…

26/05/2020 17:56