Emploi à domicile: les plus de 70 ans vont pouvoir dire «au revoir» à leur avantage sur les cotisations patronales

Les plus de 70 ans ont du souci à se faire, s’ils emploient une aide-ménagère à domicile, par exemple. Dès 2020, le gouvernement veut supprimer l’avantage social qui leur était octroyé concernant les cotisations patronales.

Les plus de 70 ans sont dispensés de cotisations patronales pour leurs employés à domicile. Crédit: Istock

Après les plus aisés, les plus âgés ? Alors que deux députés veulent raboter l’avantage fiscal lié à l’emploi d’un salarié à domicile accordé aux ménages les plus aisés, le gouvernement réfléchit à supprimer l’avantage social conféré à toutes les personnes de plus de 70 ans qui ont des employés à domicile, apprend-on des Echos. L’exécutif souhaite le restreindre à ceux qui connaissent une perte d’autonomie, qu’importe si des personnes âgées ayant de faibles revenus comptaient sur cet avantage.

En effet, les personnes âgées qui ont plus de 70 ans sont automatiquement exonérées des charges patronales qu’elles doivent normalement verser pour leur employé à domicile. Elles restent, cependant, redevables des cotisations pour les accidents du travail et les maladies professionnelles. Avec cette mesure, le gouvernement espère économiser 310 millions d’euros en 2020 et 360 millions les années suivantes.

A LIRE >>> Emploi à domicile : le crédit d’impôt bientôt mensualisé

D’autres aides existent

Pour justifier cette décision, le gouvernement met en avant la pléiade d’aides qui existent, à destination des personnes âgées comme l’allocation personnalisée pour l’autonomie (APA) ou le crédit d’impôt concernant les sommes engagées pour un emploi à domicile (qui restera bien en place, lui). Pas sûr que ce soit suffisant pour combler le « trou » effectué par la perte de l’avantage social. Le quotidien de l’économie indique que, en l’état, on ne connaît pas le nombre de personnes âgées qui perdront cet avantage.  

Concernant les plus aisés, il s’agirait de raboter à terme, le crédit d’impôt pour l’emploi d’un salarié à domicile pour les 20% les plus aisés. Ce crédit d’impôt permet de financer 50% du salaire d’un salarié, dans la limite de 12 000 ou 20 000 euros par an. L’objectif des deux députés LREM qui ont proposé cette mesure, Emilie Cariou et Benjamin Dirx, est de sortir les métiers de confort, comme coach sportif ou secrétaire particulier, du dispositif.

Sur le même thème

aides et allocations Emploi

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique